Actions en justice

La LDH intervient chaque fois que lui est signalée une atteinte aux droits fondamentaux au détriment des individus, des collectivités et des peuples. Ses moyens d’action sont notamment d’agir en justice lorsque les personnes sont victimes de racisme, violence, discrimination… Et lorsque des actes administratifs nationaux ou locaux portent atteinte aux libertés individuelles.

Mayotte : la haine provoquée par l’opération Wuambushu menée par le ministre de l’Intérieur se répand

La LDH et ses partenaires associatifs saisissent en urgence la juridiction administrative pour empêcher l’escalade de la haine provoquée par un tract visant à l’expulsion des étrangers en situation irrégulière. Un tract diffusé durant plusieurs jours aux habitants de la commune de Bouéni mentionnait (sic) : « Avis aux habitants du village de Hagnoundrou La population…

Clip « Gilets Jaunes » : Soral définitivement condamné pour son antisémitisme

La LDH avec cinq autres  associations de lutte contre l’antisémitisme avaient fait citer l’essayiste d’extrême droite, Alain Bonnet dit Soral, devant le tribunal correctionnel pour provocation à la discrimination raciale, diffamation et injures publiques raciales, à la suite de la publication, le 21 janvier 2019, sur le site internet Égalité et Réconciliation, du clip musical du groupe « Rude Goy Bit » intitulé « Gilets Jaunes ».

Eric Zemmour renvoyé devant la Cour d’appel de Paris pour ses propos tenus lors de la Convention de la droite

Le 28 septembre 2019, se tenait à Paris la Convention de la droite, organisée par Marion Maréchal. Eric Zemmour, invité et intervenant, a tenu un discours dont plusieurs passages relatifs à l’immigration et à l’islam relevaient de l’injure et de la provocation à la haine raciale.  La LDH et de nombreuses autres associations s’étaient constituées partie civile.

Quand le racisme ordinaire se veut être « un trait d’humour », la LDH poursuit « ces plaisanteries »

Selon Frédéric Mortier, professeur de lycée et élu local de Longué-Jumelles, le racisme ordinaire n’est finalement qu’un « trait d’humour ». La LDH se constitue partie civile aux côtés des victimes de « l’humour moderne » de cet enseignant qui hurle au « racisme anti-blanc » quand ses agissements sont enfin dénoncés.

Soutenez les combats de la LDH

Les droits et les libertés ça n’a pas de prix, mais les défendre a un coût.