Droits des étrangers

Du droit d’asile que la France n’accorde qu’avec une cynique parcimonie, aux iniques conditions d’enfermement que subissent les sans papiers dans les centres de rétention administrative (CRA), du contrôle policier tatillon et illégal à l’expulsion de familles entières d’enfants pourtant scolarisés dans notre pays, l’activité des sections de la LDH est profondément marquée par cette ardente obligation de défende les plus démunis.

« Menace sur les droits des étrangers en rétention : le ministère de l’Immigration persiste et signe »

Communiqué commun Acat-France, Adde, AI-France, Anafé, Comede, Elena-France, Gisti, Cimade, LDH, RESF, Syndicat des avocats de France, Syndicat de la magistrature et Secours catholique

Le ministère de l’Immigration a choisi de ne pas attendre la décision de justice qui risquait de contrarier ses projets quant à la réforme ministérielle relative aux interventions de la société civile dans les centres de rétention administrative. Les organisations signataires de ce communiqué sont indignées par ce déni de justice.

Acharnement contre les migrants : la LDH Nord-Pas-de-Calais en appelle à la révolte des consciences !

Communiqué de la section LDH Nord-Pas-de-Calais

Vendredi 10 avril 2009, Jean-Pierre Dubois, président de la LDH, était venu à Calais à la rencontre des migrants et s’était indigné : « On ne laisserait pas vivre des chiens comme ça… Nous sommes face à une politique inhumaine. » Depuis lors, la machine infernale s’est emballée.

Des ponts pas des murs ! : rassemblement à Paris ce dimanche 17 mai 2009

Dimanche 17 mai 2009, journée européenne pour les droits des migrant(e)s : Non à l’Europe de la honte !

Ce dimanche 17 mai, sur la place de Stalingrad à Paris (10e arrondissement, M° Stalingrad), à partir de 15h, le réseau « Des ponts pas des murs ! » appelle à une mobilisation de grande ampleur à l’occasion des élections européennes : rassemblement festif, animations, témoignages sur les conséquences des politiques migratoires européennes.

Délinquants de la solidarité : Lettre ouverte à Eric Besson

« Vous savez combien l’action de nos associations, largement soutenue par les Français, est essentielle pour la dignité des personnes, quelles que soient leur condition et situation administrative. Aussi, le mode
de relation agressif que vous semblez vouloir instaurer avec les associations qui interviennent sur les questions de précarité nous paraît préoccupant. »

Mercredi 8 avril : « Si la solidarité devient un délit, nous demandons à être poursuivis pour ce délit ! »

Régions, départements, villes : la LDH est dans l’action :

Aix-en-Provence, Alençon, Angers, Avignon, Belfort, Besançon, Boulogne-sur-Mer, Brive, Caen, Chambéry, Châteauroux, Cherbourg, Clermont-Ferrand, Grenoble, Le Mans, Lille, Longwy, Lyon, Marseille, Metz, Mulhouse, Nancy, Nantes, Narbonne, Nice, Niort, Orléans, Paris, Pau, Rodez, Saint-Etienne, Saint-Nazaire, Strasbourg, Toulon, Toulouse, Tours, Tulle…

Mercredi 8 avril : « Si la solidarité devient un délit, nous demandons à être poursuivis pour ce délit ! »

Communiqué commun

Aujourd’hui, en France, accueillir ou simplement aider une personne sans papiers est devenu un délit… Mercredi 8 avril, dans plusieurs dizaines de villes de France, des milliers de personnes, décidés à rester des « aidants » solidaires, se rendront devant les différents palais de justice pour se constituer prisonniers.

Voulez-vous vous déclarer « délinquant de la solidarité » et vous enregistrer comme participant au 8 avril sur le site http://www.delinquants-solidaires.org/ ? Cliquez ici

Mercredi 8 avril : Si la solidarité devient un délit, nous demandons à être poursuivis pour ce délit !

Aujourd’hui, en France, il est devenu criminel d’accueillir, d’accompagner, ou seulement d’aider une personne en situation irrégulière… Nous sommes tous concernés : parce qu’ avant d’être « sans-papiers », ces hommes, ces femmes et ces enfants sont des personnes en difficulté, isolées et démunies et il est de notre devoir de citoyen de les aider dans la dignité et le respect dû à chaque être humain.

Voulez-vous télécharger le tract d’appel ? Cliquez ici

Val d’Horizon : Ils bossent ici, ils vivent ici, ils restent ici !

Communiqué de la fédération du Val-d’Oise de la LDH

Une quarantaine de travailleurs sans papiers de la société Val d’Horizon, qui organise pour le compte du Syndicat Intercommunal EMERAUDE la collecte et le traitement des déchets de la Vallée de Montmorency par l’intermédiaire de l’entreprise de travail temporaire MAN BTP, sont entrés en grève, soutenus par la CGT, pour protester contre leurs conditions de travail et de rémunération.