Voyage au sein de l’Europe de l’urgence sécuritaire

Par Dominique Guibert, président de l’Association européenne pour la défense des droits de l’Homme (AEDH)   Le paradigme sécuritaire   N’importe quelle voyageuse, n’importe quelle saute-frontières prenant le train entre Paris et Bruxelles vit un paradoxe troublant. Dans un sens, c’est un contrôle strict des bagages et de fait une vérification sélective mais ciblée des…

Paniques identitaires, dirigé par Laurence de Cock et Régis Meyran

 Par Daniel Boitier, coresponsable du groupe de travail « Laïcité » L’ouvrage collectif Paniques identitaires dirigé par Laurence de Cock et Régis Meyran (Editions du croquant, 2017) peut être lu comme un parcours des mots-clefs qui paralysent le débat public d’aujourd’hui : IDENTITE, COMMUNAUTARISME… La généalogie et la déconstruction de ces (trop grosses) notions, parues parfois assez récemment…

Chronique de jurisprudence

Par François Xavier Corbel, juriste de la LDH La cour administrative d’appel (CAA) de Nantes vient pour la seconde fois en deux ans d’annuler un arrêté pris par le maire de Tours visant à exclure de certains lieux de la ville les populations les plus défavorisées (CAA Nantes 31 mai 2016, LDH c/commune de Tours n°14NT01724…

Retour sur le congrès 2017

 Par Françoise Dumont, présidente d’honneur de la LDH   La LDH vent debout pour la défense des droits et des libertés Du 3 au 5 juin, la Ligue des droits de l’Homme a tenu son 89e congrès national à Grenoble. Elle a ainsi réuni plus de 223 délégués, venus de l’hexagone et d’outre-mer, représentants des sections,…

Dans quel Etat sommes-nous ?

Par Arié Alimi, membre du Comité central de la LDH    Dans la nuit du 13 au 14 novembre 2015, le Président François Hollande décrétait l’état d’urgence. Il sera prolongé cinq fois par les parlementaires jusqu’au 15 juillet 2017. L’état d’urgence résulte d’une loi du 3 avril 1955 qui le fera entrer en vigueur pour…

Conférence de Paris, droits de l’Homme et mobilisations citoyennes

Le passage à un développement durable est une urgence pour la protection et la promotion des droits de l’Homme : quels droits resterait-il à vivre si l’avenir même de l’espèce humaine était compromis par l’absence de prise de conscience et surtout de régulation de notre impact sur la planète, à l’heure de « l’anthropocène » ? Tel est l’enjeu, six ans après l’échec de Copenhague, de la « COP 21 » qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre 2015.

Des responsabilités nouvelles pour les défenseurs des droits…

La masse des réfugiés fuyant les guerres qui ravagent le Moyen-Orient a successivement ému puis inquiété. Après avoir bousculé l’Europe de Schengen et sa définition des frontières, elle percute ses politiques migratoires. Elle crée de fait une situation profondément nouvelle dont doivent impérativement tenir compte les acteurs de la société civile.

Sivens, rien n’est réglé…

Vendredi 6 mars 2015. Le conseil général du Tarn vote à la quasi-unanimité (c’est une pratique locale assez courante…) un nouveau projet de barrage sur la vallée du Testet apparemment revu à la baisse, sans toutefois que les suites de cette décision fassent apparaître la nature précise de ce qui pourrait constituer une alternative à la décision antérieure qui a mis le feu aux poudres.

Le rôle de l’École

Après les événements tragiques de janvier, voici donc une nouvelle fois l’École de la République mobilisée pour défendre les valeurs de celle-ci. On peut s’en réjouir en ce que, derrière des termes à connotation militaire ou guerrière (mobilisation, réserve citoyenne…), c’est au fond l’éducation qui est mise en avant comme instrument privilégié de l’action. Et le service public d’éducation a incontestablement un rôle central à jouer.

Grande mobilisation pour l’école : un éventail de mesures hétérogènes

Le 22 janvier, Manuel Valls et Najat Vallaud-Belkacem ont annoncé les onze mesures qui doivent constituer la « Grande mobilisation pour l’école ». L’ensemble du plan a un petit côté « auberge espagnole » : on y trouve des mesures qui fleurent bon le retour à la tradition, des innovations, des mesurettes symboliques, mais aussi des dispositifs innovants destinés à lutter contre l’échec et la ségrégation scolaires.

Contrôle au faciès : suite mais pas fin !

Les « contrôles au faciès » continuent d’alimenter la dégradation des rapports entre la police et de nombreux citoyens. Notre combat pour en modifier le cadre réglementaire continue, avec deux récents rebondissements : le procès en appel de treize personnes qui ont porté plainte contre l’État et la publication des observations du nouveau Défenseur des droits (DDD).