La tentation du bouc émissaire

Le paysage politique qui émerge des urnes, tant des municipales que de la consultation européenne, n’a pas grand-chose pour plaire. La place manque ici pour engager l’état des lieux exhaustif et sévère qui s’impose, tant des progrès des uns que de la déconfiture des autres. On peut penser et espérer que les temps qui viennent permettront cet exercice salutaire.

Rendez-nous nos filles !

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2014, plus de deux cents jeunes filles ont été enlevées dans leur lycée de Chibok, au nord-est du Nigeria. Il s’agit là d’un enlèvement de masse sans précédent. Le 5 mai, Aboubakar Shekau, le leader du groupe Boko Haram, a revendiqué cet acte et a annoncé que ces jeunes filles seraient mariées de force ou vendues comme esclaves…

Rapport de la CNCDH : montée de l’intolérance

La CNCDH vient de remettre son rapport annuel. Celui-ci note une baisse globale des actes et menaces à caractère raciste mais, en même temps, il souligne une montée de l’intolérance, une hausse importante des actes anti-musulmans et une stigmatisation croissante des Roms. Christine Lazerges, présidente de la CNCDH, revient sur les résultats et les enseignements à tirer de ce rapport.

Les « Cinq de Roanne » définitivement relaxés : enfin !

Après quarante-trois mois de procédures et d’acharnement judiciaire, les cinq militants CGT qui ont refusé de subir les tests ADN sont définitivement relaxés. Cette victoire des syndicalistes relance le débat sur les poursuites concernant les syndicalistes et les militants du mouvement associatif, et en particulier contre ceux qui refusent les tests ADN.

Pacte de responsabilité : mobilisation du collectif Alerte

Pour Alerte, l’annonce du gel des prestations sociales et de la revalorisation du RSA jusqu’en octobre 2015 a constitué non seulement un message désespérant pour les plus fragiles, à qui l’on demandait de participer à l’effort collectif au-delà de leurs capacités, mais aussi un choix politique injuste et irresponsable face à l’augmentation de la pauvreté dans le pays.

Élections européennes : pour en savoir plus

La LDH participe-t-elle aux élections européennes ? S’il s’agit de candidatures aux fonctions de député-e européen-ne, la réponse est négative. S’il s’agit de rappeler que les droits devraient précéder la définition de toute politique, elle est dans son rôle. La LDH affirme que si les droits ne suffisent pas pour faire une bonne politique, on ne saurait pour autant s’en passer !

Vrai ou faux ?

A l’occasion de ces élections européennes, un certain nombre de discours, surfant sur les déceptions ou les peurs des européens, propagent des idées fausses qui ne sont en fait que des solutions dangereuses. Vivre mieux, promouvoir la justice et un progrès partagé nécessite de construire des ponts, pas des murs. Pour enrayer la course à l’austérité, aux exclusions et au morcellement, tant social qu’ethnique, notre seul choix est de faire progresser les droits de tous, ou de les perdre tous.

Quatre atouts pour changer la donne !

Depuis plusieurs années, la priorité a été donnée, par le Conseil européen, à la consolidation de l’Union économique et monétaire, alors même que les critiques et les faits montraient que cette politique n’est pas capable seule de réaliser la cohésion de la zone. Cela s’est fait au détriment de la dimension sociale de l’Europe, et cela a augmenté la concurrence entre les Etats membres et entre les peuples. Or, la dimension économique et budgétaire et la dimension sociale sont complémentaires et devraient être articulées plus équitablement.

Et si une autre Union européenne commençait le 25 mai 2014 ?

Le 25 mai 2014, des élections sont organisées dans chacun des vingt-huit Etats membres de l’Union européenne (UE) pour élire les député-e-s qui siégeront au prochain Parlement européen. Peut-être considérez-vous que cela n’a guère d’importance. Peut-être même avez-vous déjà envisagé de ne pas voter, ou de vous saisir de ce vote aux enjeux lointains pour simplement faire entendre un cri de colère. Ce rendez-vous est pourtant à prendre très au sérieux. Il peut nous permettre de changer notre avenir commun.

Un avenir solidaire qui passe par nos mobilisations

Le 10 mai dernier, la Ligue des droits de l’Homme participait à la commémoration de l’abolition de l’esclavage à Villers-Cotterêts. Il s’agissait évidemment de laver l’affront là où il avait été porté par un maire Front national, mêlant allègrement vérité historique et « autoflagellation ». Quatre jours plus tard, la LDH était présente sur l’esplanade des droits de l’Homme, à Paris, afin d’obtenir la libération des jeunes nigérianes enlevées par la secte Bokko Haram et menacées d’être transformées en esclaves. Le choc des événements nous rappelle à quel point ce que nous appelons l’histoire peut facilement se transformer en actualité, selon le moment ou la latitude. Il témoigne également des responsabilités qui sont celles de la LDH.

Un livre pour « En finir avec les idées fausses propagées par l’extrême droite »

Sur fond de crise économique et sociale, l’extrême droite se dédiabolise en jouant sur un certain nombre d’idées reçues. En s’appuyant sur des données solides, ce livre, co-écrit par neuf organisations – dont la LDH – permet de les réfuter. C’est un antidote indispensable pour se défaire du poison de la division et de la haine.

Climat : objectif conférence de Paris 2015

Paris Climat 2015 mérite que la société civile se mobilise pour que la préparation de cette conférence soit l’occasion de vrais débats publics. Le collectif Urgence climatique justice sociale (UCJS) dont la LDH est partie prenante, a adressé une lettre ouverte à Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, Pascal Canfin, ministre délégué chargé du Développement et à Philippe Martin, ministre chargé du Développement durable.

Campagne contre le racisme : rencontre avec le président de la République

Entretien avec Pierre Tartakowsky, président de la LDH

Ce n’est pas tous les jours que le président de la Ligue des droits de l’Homme, Pierre Tartakowsky, rencontre le président de la République. Quel bilan peut-on tirer d’une rencontre où ont été abordées bon nombre des questions qui sont au cœur même des préoccupations de la LDH et des trois autres organisations présentes le 30 novembre ?

Asile : du nouveau du côté de l’UE

Après plusieurs années de discussions, l’Union européenne vient de réviser la législation sur le droit d’asile. Le nouveau Régime d’asile européen commun (RAEC) doit, maintenant, être transposé dans les différentes législations nationales d’ici à juillet 2015. Dans une note importante, l’Association européenne de défense des droits de l’Homme (AEDH) fait le point sur les questions majeures de ce nouvel ensemble législatif.

Et maintenant…

Face à l’ampleur de l’abstention et au péril sérieux que constitue la banalisation des idées d’extrême droite, il revient à la Ligue des droits de l’Homme (LDH) de contribuer à remobiliser l’opinion publique et de jouer son rôle de défense des droits et des libertés. Avancer dans cette voie suppose trois priorités que nous invitons chacune et chacun à partager.

Où sont passés les intellectuels ?, d’Enzo Traverso

Note de lecture

Cet entretien avec l’historien Enzo Traverso est publié dans la collection Conversations pour demain. La question « Où sont passés les intellectuels ? » concerne la Ligue des droits de l’Homme. D’abord en ce qu’elle interroge la figure de l’intellectuel dreyfusard (sa construction et sa mise en crise contemporaine), ensuite en ce qu’elle manifeste le passage de l’universel à l’expertise. Au croisement de ces transformations, Enzo Traverso réfléchit sur ce qui advient de la référence aux droits de l’Homme.

« En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté », de Jean-Christophe Sarrot, Bruno Tardieu, Marie-France Zimmer

ATD Quart monde vient de publier un petit livre à mettre entre toutes les mains.

Dans son introduction, Bruno Tardieu, délégué général, donne le sens de la démarche : nous vivons avec des stéréotypes, et le seul moyen véritable de les dépasser est d’avoir une connaissance intime et personnelle des autres. Mais combattre les idées reçues est aussi un moyen de dépasser ces stéréotypes, et de faciliter le contact et la prise en compte de l’autre.

« Nos mal-aimés », de Claude Askolovitch

Journaliste, Claude Askolovitch a travaillé notamment au Nouvel Observateur, à Marianne et à Europe 1. Quand il était au Point, il a été chargé d’une enquête sur les musulmans de France qui lui a permis de découvrir une nouvelle composante, riche et contradictoire, de la nation française. Mais ses articles ne convenaient pas au choix de l’hebdomadaire d’attiser les peurs et de reproduire à l’infini les clichés les plus éculés. Licencié, il a voulu lancer un cri d’alarme contre la montée de la haine et du rejet qui se développe, en France, contre ces femmes et ces hommes qui font partie d’elle-même mais qui, au nom d’une éternité française fantasmée, sont perçus comme des « Français de trop ».

Déontologie : de (bonnes) nouvelles du côté de la police ?

Depuis de nombreux mois maintenant, la LDH est engagée, avec d’autres organisations, dans une bataille visant à ce que tout contrôle d’identité effectué par la police se solde par une trace écrite. Ceci afin de lutter contre les contrôles répétitifs et au faciès, autant de pratiques dénoncées par de nombreuses études (cf. celles de l’Open Society notamment). En dépit des efforts des uns et des autres, la question n’avance pas et même l’expérimentation est refusée.