Libertés/Démocratie

La LDH s’inquiète des atteintes aux libertés publiques aggravées par des lois sécuritaires qui font des prisons des lieux d’inhumanité et de violence. De même la LDH agit pour l’indépendance de la justice, pour la présomption d’innocence. La LDH est de toutes les mobilisations contre l’extrême droite en France et dénonce leurs politiques discriminatoires. Enfin, les technologies de l’information et de la communication, si elles constituent d’indéniables avancées, peuvent être exploitées et deviennent alors des outils de surveillance et d’oppression.

Contre les nouveaux fichiers « EDVIGE », je signe toujours !

Pétition du Collectif « Non à Edvige »

Deux décrets sont parus au journal officiel le 18 octobre 2009 pour remplacer le défunt décret « EDVIGE 1.0 », retiré par le gouvernement en novembre 2008 suite à la mobilisation citoyenne. Contrairement à ce qu’il avait annoncé au plus fort de cette mobilisation, le gouvernement a choisi d’éviter une fois de plus le débat parlementaire en créant des fichiers de police par décret.

Pour signer la pétition Cliquez ici

Justice pénale : une crise parmi les autres ?

15ème Université d’automne de la LDH

28 et 29 novembre 2009

Traitement de plus en plus rapide des procédures ? Déplacement vers des procédures alternatives ? Procédures d’exception autour du terrorisme et de la criminalité organisée ? Dépossession du pouvoir des juges au profit du Parquet et de la police ? Soumission à l’autorité stricte du gouvernement ? Affaiblissement considérable des garanties individuelles et des droits de la défense ? Généralisation des procédures d’exception dont le champ s’accroît ?
Dans ce contexte, les différentes réformes intervenues depuis 2002 et celles en projet forcent à la réflexion sur le sens politique de ces réformes et leur impact sur le corps social. C’est sur cela que la LDH vous invite à réfléchir lors de son Université d’automne 2009.

Marie Ndiaye, « mauvaise Française » ?

Communiqué LDH

Selon le député Eric Raoult, le ministre de la Culture devrait rappeler la romancière Marie Ndiaye à son « devoir de réserve » parce qu’elle aurait tenu des propos « peu respectueux […] à l’égard du chef de l’Etat », alors qu’ayant reçu le prix Goncourt elle « défend les couleurs littéraires de la France ».

Trois clics pour atteindre les 20000 signataires !

La présente pétition, initiée par 13 citoyens réunis au sein du CODEDO (Collectif pour une dépénalisation du délit d’outrage), sera remise en février 2010 au président de la République, au ministre de la Justice et au ministre de l’Intérieur. Initiée par 400 citoyens, dont plusieurs dizaines de personnalités politiques, syndicales, artistiques, scientifiques, littéraires, sportives, ainsi que par la Ligue des droits de l’Homme, elle est ouverte à votre avis. Signez ici la pétition !

La réhabilitation des fusillés pour l’exemple de 14-18 : la LDH demande une commission indépendante

Communiqué LDH

La réhabilitation des victimes des tribunaux militaires de 14-18 est loin d’être achevée. Malgré les efforts de la Ligue des droits de l’Homme et d’autres associations qui ont permis d’annuler un certain nombre de condamnations, comme celle des « caporaux de Souain », dont l’instituteur Théophile Maupas défendu avec acharnement par sa veuve, Blanche Maupas, de nombreux soldats victimes d’injustices flagrantes n’ont pas été réhabilités.

48ème anniversaire du 17 octobre 1961 : Vérité et Justice

Appel au rassemblement Samedi 17 octobre à 17 h. à la Place Saint-Michel à Paris

Le 17 octobre 1961, des dizaines de milliers d’Algériens manifestaient pacifiquement à Paris contre le couvre feu discriminatoire qui leur avait été imposé par Maurice Papon, Préfet de police de Paris. Ils défendaient leur droit à l’égalité, leur droit à l’indépendance et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

7e Journée mondiale contre la peine de mort : Eduquer à l’abolition

A l’initiative de la Coalition mondiale contre la peine de mort La 7e Journée mondiale contre la peine de mort du 10 octobre 2009 est consacrée au projet « Eduquer à l’abolition ». Une animation publique aura lieu à Paris à l’appel de plusieurs organisations: Ensemble Contre la Peine de Mort (ECPM), Amnesty International France, ACAT, Le Collectif Mumia Abu Jamal, La Ligue des droits de l’Homme.

Samedi 10 octobre 2009 de 11h à 15h, Place de la Sorbonne, 75005 Paris