Droits des étrangers

Du droit d’asile que la France n’accorde qu’avec une cynique parcimonie, aux iniques conditions d’enfermement que subissent les sans papiers dans les centres de rétention administrative (CRA), du contrôle policier tatillon et illégal à l’expulsion de familles entières d’enfants pourtant scolarisés dans notre pays, l’activité des sections de la LDH est profondément marquée par cette ardente obligation de défende les plus démunis.

Zone d’attente de Toulouse Blagnac : un jeune Sénégalais menacé de renvoi alors qu’il demande l’asile en raison de son homosexualité.Le ministère sanctionné par le juge administratif !

Communiqué de l’Anafé dont la LDH est membre

Maintenu en zone d’attente depuis samedi 21 juillet, Lamine, jeune Sénégalais homosexuel, avait déposé une demande d’asile qui a été rejetée par le ministère de l’Intérieur.

Pour un droit d’accès associatif dans les lieux de d’enfermement des étrangers

Communiqué de presse de l’ Observatoire de l’enfermement des étrangers (OEE).

Il y a juste un an, le précédent gouvernement prenait un décret fixant, de façon très restrictive, les conditions d’accès des associations dans les lieux où sont enfermés les migrants en attendant d’être expulsés du territoire français. Les organisations membres de l’OEE, qui viennent d’adopter une Plateforme pour un droit d’accès associatif dans les lieux d’enfermement, saisissent le Premier ministre d’une lettre ouverte pour lui demander l’abrogation du décret du 8 juillet 2011 et la mise en œuvre d’un dispositif d’accès aux lieux d’enfermement des étrangers conforme aux principes défendus dans cette plateforme.

Mayotte : encore des enfants en rétention tous les jours

Communiqué commun de Migrants Outremer (MOM) et de l’Observatoire de l’enfermement des étrangers (OEE).

Le 20 février 2012, François Hollande s’est engagé auprès de nos organisations à mettre fin dès le mois de mai à la rétention des enfants et de leurs familles [1], au nom de la protection de l’intérêt supérieur des mineurs et du respect des conventions internationales garantissant les droits humains.

Plus de garde à vue « salle d’attente » pour les étrangers

Communiqué de l’Observatoire de l’enfermement des étrangers.

C’est par un raisonnement clair et implacable que la chambre criminelle de la Cour de cassation, dans son avis rendu le 5 juin dernier à la demande de la première chambre civile, a considéré qu’un étranger ne peut être placé en garde à vue sur le seul soupçon qu’il serait en séjour irrégulier.

Enfants étrangers : la rentrée derrière les barreaux

Communiqué

Observatoire de l’enfermement des étrangers – Observatoire citoyen de la rétention 77 – Réseau éducation sans frontières

Le 1er août, le plus grand centre de rétention administrative pour étrangers a ouvert à proximité de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle sur la commune du Mesnil-Amelot. Profitant encore de la période estivale, ce véritable camp, de conception carcérale, « ouvre » désormais ses portes aux familles et donc aux enfants.

La Cimade publie son 9ème rapport sur les centres et locaux de rétention

Rapport 2008 de la Cimade

Dans la neuvième édition de son rapport sur les centres et locaux de rétention administrative, La Cimade dresse un état des lieux pour l’année 2008 des conditions d’enfermement des étrangers, des conséquences des quotas d’expulsion, avec en toile de fond la réforme de l’intervention associative auprès des personnes retenues.

Dans la solidarité et dans l’action, aux côtés de la Cimade

Intervention de Dominique Guibert, secrétaire général de la LDH, le 2 juin 2009, devant le Conseil d’Etat à Paris

La LDH est ici présente avec l’ensemble de ses partenaires engagés dans le combat pour les droits effectifs des étrangers. Nous sommes fiers d’être aux côtés de la Cimade pour la soutenir, dans le cadre d’une démarche non seulement solidaire mais aussi d’action.

2 juin : Contre la réforme de la rétention administrative des étrangers

Douze associations appellent à des rassemblements partout en France, le 2 juin (notamment à Bobigny), contre la réforme de la rétention administrative, pour signifier que tous, associations, syndicats, avocats, citoyens, à l’intérieur ou en dehors des centres de rétention, ils continueront à aider les étrangers pour la défense de leurs droits et de leur dignité.

« Menace sur les droits des étrangers en rétention : le ministère de l’Immigration persiste et signe »

Communiqué commun Acat-France, Adde, AI-France, Anafé, Comede, Elena-France, Gisti, Cimade, LDH, RESF, Syndicat des avocats de France, Syndicat de la magistrature et Secours catholique

Le ministère de l’Immigration a choisi de ne pas attendre la décision de justice qui risquait de contrarier ses projets quant à la réforme ministérielle relative aux interventions de la société civile dans les centres de rétention administrative. Les organisations signataires de ce communiqué sont indignées par ce déni de justice.