Droits des étrangers

Du droit d’asile que la France n’accorde qu’avec une cynique parcimonie, aux iniques conditions d’enfermement que subissent les sans papiers dans les centres de rétention administrative (CRA), du contrôle policier tatillon et illégal à l’expulsion de familles entières d’enfants pourtant scolarisés dans notre pays, l’activité des sections de la LDH est profondément marquée par cette ardente obligation de défendre les plus démunis.

La Cimade publie son 9ème rapport sur les centres et locaux de rétention

Rapport 2008 de la Cimade

Dans la neuvième édition de son rapport sur les centres et locaux de rétention administrative, La Cimade dresse un état des lieux pour l’année 2008 des conditions d’enfermement des étrangers, des conséquences des quotas d’expulsion, avec en toile de fond la réforme de l’intervention associative auprès des personnes retenues.

Dans la solidarité et dans l’action, aux côtés de la Cimade

Intervention de Dominique Guibert, secrétaire général de la LDH, le 2 juin 2009, devant le Conseil d’Etat à Paris

La LDH est ici présente avec l’ensemble de ses partenaires engagés dans le combat pour les droits effectifs des étrangers. Nous sommes fiers d’être aux côtés de la Cimade pour la soutenir, dans le cadre d’une démarche non seulement solidaire mais aussi d’action.

2 juin : Contre la réforme de la rétention administrative des étrangers

Douze associations appellent à des rassemblements partout en France, le 2 juin (notamment à Bobigny), contre la réforme de la rétention administrative, pour signifier que tous, associations, syndicats, avocats, citoyens, à l’intérieur ou en dehors des centres de rétention, ils continueront à aider les étrangers pour la défense de leurs droits et de leur dignité.

« Menace sur les droits des étrangers en rétention : le ministère de l’Immigration persiste et signe »

Communiqué commun Acat-France, Adde, AI-France, Anafé, Comede, Elena-France, Gisti, Cimade, LDH, RESF, Syndicat des avocats de France, Syndicat de la magistrature et Secours catholique

Le ministère de l’Immigration a choisi de ne pas attendre la décision de justice qui risquait de contrarier ses projets quant à la réforme ministérielle relative aux interventions de la société civile dans les centres de rétention administrative. Les organisations signataires de ce communiqué sont indignées par ce déni de justice.

Urgence à Lampedusa

Communiqué de l’AEDH et de la LIDU

Les autorités italiennes, en appui avec les autorités européennes, doivent tout mettre en oeuvre pour faire cesser une situation devenue intolérable sur l’île de Lampedusa, à la fois pour les migrants, dont les droits et la dignité sont mis à mal, et pour les habitants de l’île qui ont montré leur solidarité.