Droits des étrangers

Du droit d’asile que la France n’accorde qu’avec une cynique parcimonie, aux iniques conditions d’enfermement que subissent les sans papiers dans les centres de rétention administrative (CRA), du contrôle policier tatillon et illégal à l’expulsion de familles entières d’enfants pourtant scolarisés dans notre pays, l’activité des sections de la LDH est profondément marquée par cette ardente obligation de défende les plus démunis.

La LDH, le RESF et la SRF protestent contre la convocation du réalisateur José Chidlovsky pour avoir hébergé une femme sans papiers

Communiqué commun LDH/RESF/SRF

La Ligue des droits de l’Homme, le Réseau Education Sans Frontières et la Société des Réalisateurs de Films protestent contre la convocation du réalisateur José Chidlovsky par la police de l’air et des frontières, qui lui reproche d’avoir hébergé une femme sans papiers

Calais : chasse au migrant

Communiqué LDH

Le démantèlement de « la jungle » de Calais, selon le ministre de l’Immigration et de l’identité nationale, avait pour objet de démanteler les filières en arrêtant les passeurs. Mais la publicité que monsieur Besson a orchestrée autour de l’opération a largement donné à ces derniers le temps de disparaître. Dès lors, le seul résultat tangible de cette opération de police est l’arrestation des migrants eux-mêmes, c’est-à-dire des victimes des trafics.

Enfants enfermés : lettre ouverte du président de la LDH au ministre de l’immigration

Monsieur le Ministre,

Au cours de ces mois dits de vacances, les services de police et administratifs n’ont pas respecté les conventions internationales en matière de droits spécifiques des enfants. Même si beaucoup de ces mesures ont été rapportées, certaines sur le fond, d’autres sur la forme, il n’empêche que des instances de police ont jugé qu’il convenait de mettre en rétention des familles entières. A Metz, à Toulouse, à Nice ou à Marseille, pour ce que nous connaissons actuellement, les réseaux militants et les sections de la LDH se sont mobilisés pour obtenir la mise en liberté de ces enfants et de leurs familles. La LDH se félicite des résultats positifs de ces actions et des décisions prises par la justice.

Eradication du « Gourbi » de Berre

Communiqué commun de Médecins du Monde, la Cimade, la Ligue des droits de l’Homme, Osiris et le CODETRAS

Au lendemain de la décision du tribunal de Bobigny de débouter l’Etat dans sa plainte contre Médecins du Monde en reconnaissant la situation d’urgence humanitaire dans laquelle se trouvent les familles roms d’Ile-de-France, l’Etat poursuit à Berre sa logique du tout répressif à l’encontre des travailleurs agricoles étrangers.

Procès de Rodez : la solidarité confirmée dans ses droits

Communiqué commun de ACAT – Cimade – COMEDE – Emmaüs France – Fédération Entraide Protestante – FNARS – Gisti – Hors la Rue – Ligue des droits de l’Homme – Médecins du Monde – MRAP – Saf – Secours Catholique – SOS Racisme.

Le tribunal correctionnel de Rodez, qui le jugeait le 17 juin dernier pour « aide à l’entrée, à la circulation et au séjour irréguliers d’un étranger en France », a finalement relaxé Salimou Fofana du délit de solidarité.

Les mariages en couleur ne sont pas des mariages blancs

Communiqué commun de Amoureux au ban public, Ardhis, la Cimade, Fasti, Gisti, Ligue des droits de l’Homme, MRAP, RESF, SOS Racisme, Secours catholique

Alors qu’un groupe de travail a été constitué afin de faire des propositions pour renforcer la lutte contre les mariages de complaisance, les couples franco-étrangers, soutenus par plusieurs associations, vont écrire à Eric BESSON pour témoigner des atteintes portées à leur vie familiale dans le cadre d’une législation continuellement durcie depuis plusieurs années.

NON aux expulsions forcées des migrants ! NON aux charters pour Kaboul ou ailleurs ! NON à l’escalade de la répression !

Communiqué de la délégation régionale Nord-Pas-de-Calais de la Ligue des droits de l’Homme

Il fallait s’en douter, le ministre de l’Immigration et de l’Identité nationale entend bien mettre à profit la trêve estivale pour démanteler les jungles, ainsi qu’il l’avait annoncé. Déjà, Monsieur Besson avait nié la réalité du « délit de solidarité ». Or, la publication, en juin 2009, du rapport de l’« Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme » lui avait apporté un cinglant démenti en citant des témoignages précis de défenseurs des droits des migrants, victimes d’intimidation et de répression.

Mobilisons-nous contre les accords de gestion concertée des flux migratoires en cours de négociation entre la France et Haïti !

Communiqué du collectif Haïti de France

Le Mom (collectif de 13 associations françaises – dont le collectif Haïti – engagées dans la défense des droits des migrants dans les territoires français), la Pafha (Plateforme des associations franco-haïtienne) et l’Union d’associations latino-américaines en France rappellent l’appel lancé le 4 juin 2009 pour une campagne de mobilisation contre les accords de gestion concertée des flux migratoires en cours de négociation entre la France et Haïti.

Des ponts pas des murs ! : rassemblement à Paris ce dimanche 17 mai 2009

Dimanche 17 mai 2009, journée européenne pour les droits des migrant(e)s : Non à l’Europe de la honte !

Ce dimanche 17 mai, sur la place de Stalingrad à Paris (10e arrondissement, M° Stalingrad), à partir de 15h, le réseau « Des ponts pas des murs ! » appelle à une mobilisation de grande ampleur à l’occasion des élections européennes : rassemblement festif, animations, témoignages sur les conséquences des politiques migratoires européennes.

Délinquants de la solidarité : Lettre ouverte à Eric Besson

« Vous savez combien l’action de nos associations, largement soutenue par les Français, est essentielle pour la dignité des personnes, quelles que soient leur condition et situation administrative. Aussi, le mode
de relation agressif que vous semblez vouloir instaurer avec les associations qui interviennent sur les questions de précarité nous paraît préoccupant. »

Mercredi 8 avril : Si la solidarité devient un délit, nous demandons à être poursuivis pour ce délit !

Aujourd’hui, en France, il est devenu criminel d’accueillir, d’accompagner, ou seulement d’aider une personne en situation irrégulière… Nous sommes tous concernés : parce qu’ avant d’être « sans-papiers », ces hommes, ces femmes et ces enfants sont des personnes en difficulté, isolées et démunies et il est de notre devoir de citoyen de les aider dans la dignité et le respect dû à chaque être humain.

Voulez-vous télécharger le tract d’appel ? Cliquez ici