Droits des étrangers

Du droit d’asile que la France n’accorde qu’avec une cynique parcimonie, aux iniques conditions d’enfermement que subissent les sans papiers dans les centres de rétention administrative (CRA), du contrôle policier tatillon et illégal à l’expulsion de familles entières d’enfants pourtant scolarisés dans notre pays, l’activité des sections de la LDH est profondément marquée par cette ardente obligation de défendre les plus démunis.

Votation citoyenne à Paris du 16 au 22 mai : près de 30 000 Parisiennes et Parisiens se sont exprimés sur le droit de vote des étrangers aux élections locales

Communiqué du collectif national « Votation citoyenne » et des collectifs parisiens

Avec 29 662 votants dont 93,70 % de « oui » à la question « Etes-vous pour ou contre la reconnaissance du droit de vote et d’éligibilité des résidents étrangers aux élections locales ? » (en comparaison de 24 991 en 2006 et 32 205 en 2008), la votation citoyenne a connu un nouveau succès pendant la semaine du 16 au 22 mai à Paris, témoignant de l’actualité de cette revendication pour l’égalité des droits et la citoyenneté.

Urgence pour la solidarité

Nous dénonçons le traitement indigne infligé aux centaines de Tunisiens arrivés en France via l’Italie et laissés en errance dans les rues de Paris, de Marseille et d’autres villes. La plupart ont des permis de séjour temporaire délivrés par l’Italie, leur assurant des droits.

La Cour de Justice de l’UE condamne la pénalisation des personnes en séjour irrégulier en Italie

Le 28 avril 2011, la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) a délivré l’arrêt « Hassen El Dridi ». Au travers de cet arrêt, la Cour considère qu’une législation prévoyant une peine d’emprisonnement pour le seul motif du séjour irrégulier d’un étranger sur le territoire malgré l’ordre qui lui a été donné de le quitter, est contraire à la directive dite « Retour » du 16 décembre 2008.

La LDH soutient le spectacle « Allons z’en France »

Dès le début de son quinquennat, le gouvernement présente l’opposition entre « immigration choisie » et « immigration subie » comme une réponse au « problème de l’immigration ». Il conjugue ainsi la fermeté chère à la droite nationale et le pragmatisme revendiqué par la droite économique. La nationalité française devient dès lors un curieux mélange de valeurs et de chiffres, où il est question de déontologie du sentiment, d’efficacité, de soit disant bon sens et de mérite : « La France, on l’aime ou on la quitte ».

M. Kanouté Tiéni est mort des suites de son hépatite B chronique et des politiques migratoires françaises

Communiqué commun AME et ODSE

La LDH est membre de l’Observatoire du droit à la santé des étrangers qui s’indigne du décès de M. Kanouté Tiéni renvoyé au Mali malgré de graves problèmes de santé. Son décès intervient au moment décisif où le gouvernement tente de supprimer le droit au séjour pour soins des étrangers gravement malades, résidant en France, sans accès effectif aux soins dans leur pays d’originie

Non à la “loi Besson” et à la xénophobie !

Communiqué commun

Les organisations soussignées qui, réunies dans le Collectif « Non à la xénophobie et à la politique du pilori », ont mobilisé le 4 septembre 2010 plus de cent cinquante mille citoyennes et citoyens, appellent à des rassemblements dans toute la France mercredi 9 mars (à Paris, à 18h30, place Edouard-Herriot, à côté de l’Assemblée nationale) contre la « loi Besson », qui traduit en actes l’orientation xénophobe du « discours de Grenoble ».