Droits des étrangers

Du droit d’asile que la France n’accorde qu’avec une cynique parcimonie, aux iniques conditions d’enfermement que subissent les sans papiers dans les centres de rétention administrative (CRA), du contrôle policier tatillon et illégal à l’expulsion de familles entières d’enfants pourtant scolarisés dans notre pays, l’activité des sections de la LDH est profondément marquée par cette ardente obligation de défende les plus démunis.

Mercredi 8 avril : « Si la solidarité devient un délit, nous demandons à être poursuivis pour ce délit ! »

Régions, départements, villes : la LDH est dans l’action :

Aix-en-Provence, Alençon, Angers, Avignon, Belfort, Besançon, Boulogne-sur-Mer, Brive, Caen, Chambéry, Châteauroux, Cherbourg, Clermont-Ferrand, Grenoble, Le Mans, Lille, Longwy, Lyon, Marseille, Metz, Mulhouse, Nancy, Nantes, Narbonne, Nice, Niort, Orléans, Paris, Pau, Rodez, Saint-Etienne, Saint-Nazaire, Strasbourg, Toulon, Toulouse, Tours, Tulle…

Mercredi 8 avril : « Si la solidarité devient un délit, nous demandons à être poursuivis pour ce délit ! »

Communiqué commun

Aujourd’hui, en France, accueillir ou simplement aider une personne sans papiers est devenu un délit… Mercredi 8 avril, dans plusieurs dizaines de villes de France, des milliers de personnes, décidés à rester des « aidants » solidaires, se rendront devant les différents palais de justice pour se constituer prisonniers.

Voulez-vous vous déclarer « délinquant de la solidarité » et vous enregistrer comme participant au 8 avril sur le site http://www.delinquants-solidaires.org/ ? Cliquez ici