Sivens, rien n’est réglé…

Vendredi 6 mars 2015. Le conseil général du Tarn vote à la quasi-unanimité (c’est une pratique locale assez courante…) un nouveau projet de barrage sur la vallée du Testet apparemment revu à la baisse, sans toutefois que les suites de cette décision fassent apparaître la nature précise de ce qui pourrait constituer une alternative à la décision antérieure qui a mis le feu aux poudres.

Le rôle de l’École

Après les événements tragiques de janvier, voici donc une nouvelle fois l’École de la République mobilisée pour défendre les valeurs de celle-ci. On peut s’en réjouir en ce que, derrière des termes à connotation militaire ou guerrière (mobilisation, réserve citoyenne…), c’est au fond l’éducation qui est mise en avant comme instrument privilégié de l’action. Et le service public d’éducation a incontestablement un rôle central à jouer.

Grande mobilisation pour l’école : un éventail de mesures hétérogènes

Le 22 janvier, Manuel Valls et Najat Vallaud-Belkacem ont annoncé les onze mesures qui doivent constituer la « Grande mobilisation pour l’école ». L’ensemble du plan a un petit côté « auberge espagnole » : on y trouve des mesures qui fleurent bon le retour à la tradition, des innovations, des mesurettes symboliques, mais aussi des dispositifs innovants destinés à lutter contre l’échec et la ségrégation scolaires.

Contrôle au faciès : suite mais pas fin !

Les « contrôles au faciès » continuent d’alimenter la dégradation des rapports entre la police et de nombreux citoyens. Notre combat pour en modifier le cadre réglementaire continue, avec deux récents rebondissements : le procès en appel de treize personnes qui ont porté plainte contre l’État et la publication des observations du nouveau Défenseur des droits (DDD).

L’intelligence de la raison et le courage de la conviction

Edito, par Pierre Tartakowsky, président de la LDH. Les attentats, bien sûr ! Comment ne pas revenir, encore et encore, sur cette plaie ouverte, sur cette explosion de haine meurtrière ? Et comment faire l’économie d’un retour sur ses enjeux ? La violence de l’épreuve, sa traînée de haine interdisent évidemment que quiconque pense pouvoir tourner la page et revenir à un statu quo ante. Tout nous engage, au contraire, à penser présent et avenir en tirant leçon de l’événement.

Attentats et laïcité

Après les attentats, la laïcité a émergé très vite comme un enjeu central, mais, dans le débat public, certains voudraient faire de l’islam le problème numéro 1 de la France, voire le seul, amalgamant pratique de l’islam et ce qu’il est convenu d’appeler « l’islamisme politique », laissant croire à un lien indissoluble entre la religion musulmane et un refus définitif de la séparation entre les religions et l’Etat.

Des actes contre la République

La LDH condamne avec la plus grande force les actes commis début janvier 2015. Ce sont incontestablement des actes terroristes dont l’objectif était de délégitimer la démocratie ,en s’en prenant à la liberté d’expression, de déstabiliser la République, en assassinant des policiers ; enfin, de faire éclater la collectivité des citoyens, en révélant une haine meurtrière des juifs.

La vulnérabilité – pour quoi faire ?

Par Sibel Agrali, directrice du centre de soins Primo Levi. La nouvelle réforme du droit d’asile qui a été récemment discutée par les parlementaires applique le « paquet Asile » du Parlement européen, qui comprend les directives « Accueil », « Procédures » et « Qualification ». C’est dans ces textes que la notion de « vulnérabilité » est apparue, sans pourtant être réellement définie.