La LDH soutient le film “93 la belle rebelle” de Jean-Pierre Thorn

La LDH soutient « 93, la Belle Rebelle », car ce film aime la banlieue et prouve qu’il n’est pas besoin d’un « plan Marshall » pour redonner une dignité à ses habitants. Il montre que depuis des décennies des cultures émergent, essaiment et qu’elles ne doivent rien aux pouvoirs publics… C’est dans la révolte, dans la rébellion que des individus, des groupes, réinventent une culture riche de l’acceptation des différences. C’est aussi eux qui retissent du lien social après que nos dirigeants aient laissé détruire le tissu industriel.

La LDH soutient le film “La Vénus noire” d’Abdellatif Kechiche

Tout au long du XIXe siècle, l’idée d’une primauté naturelle des Blancs, qualifiés de « race supérieure », s’est répandue en Europe pour justifier l’expansion coloniale, en s’appuyant sur des exhibitions de « sauvages », toujours mises en scènes, mais fonctionnant comme des démonstrations vivantes de cette « évidence ». Cela a forgé des stéréotypes qui circulent encore aujourd’hui dans les esprits.

La LDH soutient le film “Les mains en l’air” de Romain Goupil

La Ligue des droits de l’Homme soutient le film « Les mains en l’air »

Ce film dénonce, avec une certaine fraicheur, la politique de chasse aux sans-papiers…

2067, Milana se souvient de ce qui lui est arrivé, il y a environ soixante ans… A Paris, la petite Tchétchène est bonne élève, en classe de CM2, elle est inséparable de ses copains de toutes origines mais un jour l’un d’eux, Youssef, est expulsé car il est « sans-papiers »…

La LDH soutient le film “Liberté”

Un beau film, inspiré de personnages réels, pour raconter enfin l’histoire des Roms pendant la deuxième guerre mondiale. Ils sont quinze, avec leurs roulottes de bois, sur les routes de la France occupée. Obligés de présenter leurs carnets anthropométriques, et bientôt interdits de circulation par une loi de Vichy.

Lettre à Anna

La LDH soutient le film “Lettre à Anna” d’Eric Bergkraut. En hommage à Anna Politovskaia. Mais aussi en soutien à la lutte pour lé démocratie en Russie. Sortie en salles le 18 novembre 2009. Compte rendu de Nicole Savy, membre du Comité central de la LDH

« Nos lieux interdits »

Sujet : au Maroc, de 2000 à 2004, les effets des travaux de l’Instance Équité et Réconciliation (IER) sur les survivants et les familles de disparus des bagnes du roi Hassan II. Le film est dédié à la mémoire de Driss Benzekri, qui était le président de la commission. Compte-rendu par Nicole Savy, membre du Comité central de la LDH.

Fausta. La teta asustada

Ce film, qui a reçu l’Ours d’or au festival de Berlin, n’entre pas dans la catégorie des films documentaires politiques que la LDH soutient habituellement. C’est l’histoire d’une jeune Péruvienne, Fausta, qui vit avec son oncle et sa famille dans les bidonvilles de Lima.