Droits économiques, sociaux et culturels

La LDH fait de l’indivisibilité des droits une référence fondamentale de son engagement. Crise sociale et crise démocratique sont liées. Le combat pour les droits de l’Homme ne peut faire l’impasse de la garantie des droits les plus fondamentaux : droit aux soins de santé, à l’éducation, au logement, droit de vivre en famille, mais aussi droit au travail et du travail, qui demeure central pour la socialisation des individus.

Nuit solidaire pour le logement : l’appel des présidents du Collectif des associations unies

Appel des présidents du Collectif des associations unies pour une nouvelle politique publique du logement des personnes sans abri et mal logées, dont la LDH est membre, lu à l’occasion de la Nuit solidaire pour le logement, le 12 février 2015, en présence des présidents ou représentants des associations du Collectif.

17 octobre – Journée mondiale du refus de la misère

La lutte contre les préjugés est au cœur de la Journée mondiale du refus de la misère 2014.
A l’occasion de la Journée mondiale du refus de la misère, un rassemblement citoyen est organisé le 17 octobre, au Trocadéro, de 17h à 19h, suivi d’une table ronde « Face à la crise : se résigner ou agir ? » au Conseil économique, social et environnemental, de 19h30 à 21h.

Aucune réponse concrète et immédiate pour les personnes précaires et mal-logées

Communiqué du Collectif des associations unies dont la LDH est membre
Suite à la mobilisation du Collectif des Associations Unies sur le Canal Saint-Martin à Paris et dans plusieurs grandes villes de France (Lille, Nantes, Toulouse, Mulhouse et Strasbourg), les associations ont à nouveau rencontré le cabinet de la ministre du Logement hier.

Mettons un terme à l’expulsion des étrangers en attente de soins !

Tribune cosignée par Pierre Tartakowsky, président de la LDH

En France, un étranger gravement malade reste d’abord et avant tout un étranger. Chaque jour sur le terrain la même mécanique se met en place, réservant à nombre d’entre eux un traitement inhumain : déni de droits, interpellation, enfermement et expulsion vers des pays qui n’offrent aucune garantie d’accès aux soins.

Lire la suite de la tribune sur lemonde.fr