Droits économiques, sociaux et culturels

La LDH fait de l’indivisibilité des droits une référence fondamentale de son engagement. Crise sociale et crise démocratique sont liées. Le combat pour les droits de l’Homme ne peut faire l’impasse de la garantie des droits les plus fondamentaux : droit aux soins de santé, à l’éducation, au logement, droit de vivre en famille, mais aussi droit au travail et du travail, qui demeure central pour la socialisation des individus.

« Portraits, autoportraits » : une expo pour les 20 ans de la CIDE

Du 20 novembre au 10 décembre, sur la place du Palais Royal, 1 000 autoportraits dessinés au crayon blanc sur papier noir par des enfants de 3 à 6 ans, dans 32 pays, et leur portrait photographié par Gilles Porte. Une expo dont la LDH est partenaire.

« Un enfant, des enfants, ces enfants, ceux d’ici et d’ailleurs. Ceux qui sourient, celles qui s’extasient, ceux qui réfléchissent, celles qui se perdent dans leurs pensées. Tous ces enfants multicolores acteurs de leur image, merci, Gilles, de les avoir saisis dans ces étincelles de vie, merci de ce travail non pas sur mais avec les enfants… »

Mineurs isolés étrangers : quelle protection ?

Communiqué commun

A l’approche du vingtième anniversaire de la convention internationale relative aux droits de l’enfant, le ministère de l’Immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire va devoir tirer des conclusions des travaux du groupe qu’il a réuni sur la situation des « mineurs étrangers isolés », composé de représentants de différents ministères, d’institutions et d’associations.

17 Octobre 2009, Journée mondiale du refus de la misère : la France ne protège pas ses enfants de la misère

Propositions d’ATD Quart Monde à la France.

Le Mouvement ATD Quart Monde rappelle que la Convention internationale des Droits de l’enfant – dont c’est le 20ème anniversaire cette année – s’élève contre toute discrimination entre les enfants. La France n’est pas exemplaire en ce domaine. Le Comité International des Droits de l’Enfant (ONU) vient de le souligner.

La LDH soutient cette manifestation, Paris, au Trocadéro, 18 h.

Observations du 22 juin 2009 du Comité des droits de l’Enfant de l’Onu à la France

Lettre ouverte

Dans l’esprit de la CIDE et dans la perspective du 20ème anniversaire de l’adoption de la Convention, plusieurs organisations s’adressent au président de la République, garant du respect des traités internationaux ratifiés par la France, pour savoir quelles suites l’Etat entend donner aux observations et recommandations du Comité de l’Onu pour veiller au respect de la CIDE en France.

Des enfants sans Défenseur ?

Communiqué LDH

Après avoir aménagé des centres de rétention pour y enfermer des enfants et même des nourrissons, après avoir osé prétendre qu’en France on a l’habitude de ne pas séparer les enfants de leurs parents lorsqu’on les rafle… Avant qu’un préfet ne propose au contraire à des parents en voie d’expulsion d’abandonner leurs enfants aux services sociaux français, le gouvernement poursuit à sa manière la préparation du 20e anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant : il envisage tout simplement… la suppression de l’institution du Défenseur des enfants, créée par la loi du 6 mars 2000.

Base élèves : le gouvernement fortement interpellé par l’ONU

Communiqué de la LDH et de la FCPE

La FCPE et la Ligue des droits de l’Homme se réjouissent des nombreuses réserves exprimées par le Comité des droits de l’enfant de l’ONU à propos du fichier « base élèves ». Le comité, dans son avis prononcé le 11 juin, s’est notamment dit préoccupé par « l’insuffisance de dispositions légales propres à prévenir son interconnexion avec les bases de données d’autres administrations ».

La LDH appelle le gouvernement à mieux respecter les droits des enfants

Communiqué et déclaration de la LDH

Alors que l’année 2009 est celle du 20ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), le Comité central de la LDH, réuni le 13 juin 2009, tient à exprimer solennellement sa vive préoccupation à l’égard de politiques qui tendent à faire de la jeunesse « une classe dangereuse » dont il conviendrait de se méfier par principe.

Note de la LDH, présentée devant le Comité des droits de l’enfant des Nations unies, à propos des troisième et quatrième rapports périodiques de la France

La société française aura été marquée ces dernières années par l’obsession du sécuritaire et du contrôle social, avec une jeunesse perçue comme une sorte de « classe dangereuse ». La note de la LDH du 26 mai dernier, transmise au Comité des droits de l’enfants des Nations unies, insiste et complète ces deux aspects de l’évolution des droits de l’enfant.