Partout dans le monde

Dans un monde où les atteintes aux libertés sont courantes, la LDH dénonce le recours à la terreur, les crimes contre l’humanité, la répression brutale des mouvements sociaux et des dites “minorités”, les violations massives et délibérées des populations civiles. Avec la fédération internationale des droits de l’Homme, FIDH, avec l’association européenne des droits de l’Homme, AEDH, avec le réseau euroméditerranéen des droits de l’Homme, REMDH, la LDH est solidaire des victimes d’atteintes à tous les droits.

Guinée-Conakry : la société civile guinéenne et internationale interpelle les acteurs de la crise et les appelle à la retenue

Communiqué commun

Les 101 organisations de la société civile guinéenne, française, régionale et internationale, signataires, condamnent les violences et les attaques contre les populations civiles, les défenseurs des droits humains et les acteurs politiques guinéens qui se sont déroulées au cours de ces trois derniers mois en Guinée. Elles appellent tous les acteurs et en premier lieu les autorités nationales à faire preuve de retenue et de modération.

Congo Brazzaville : Affaire des disparus du Beach

Communiqué du Collectif des parents des disparus du Beach de Brazzaville, de la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH), de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) et de l’Observatoire congolais des droits de l’Homme (OCDH)

Dix ans après la disparition de centaines de Congolais au port fluvial du Beach de Brazzaville, les victimes et leurs proches continuent de réclamer vérité et justice.

La Ligue des droits de l’Homme ne souhaite pas la bienvenue à Blaise Compaoré

Communiqué de la LDH

Blaise Compaoré, président du Burkina Faso, est le seul chef d’Etat africain invité de la Conférence de l’Assemblée des régions d’Europe (ARE) le 31 mars, à Limoges. Il doit y parler de l’importance de l’engagement des collectivités afin de répondre aux défis nationaux et internationaux posés par les changements climatiques. Alors que Nicolas Sarkozy rentre d’une brève tournée africaine, la LDH dénonce la survivance de la « françafrique » dont le président burkinabé est l’un des plus sinistres fleurons.