Droits économiques, sociaux et culturels

La LDH fait de l’indivisibilité des droits une référence fondamentale de son engagement. Crise sociale et crise démocratique sont liées. Le combat pour les droits de l’Homme ne peut faire l’impasse de la garantie des droits les plus fondamentaux : droit aux soins de santé, à l’éducation, au logement, droit de vivre en famille, mais aussi droit au travail et du travail, qui demeure central pour la socialisation des individus.

Mineurs isolés étrangers : quelle protection ?

Communiqué commun

A l’approche du vingtième anniversaire de la convention internationale relative aux droits de l’enfant, le ministère de l’Immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire va devoir tirer des conclusions des travaux du groupe qu’il a réuni sur la situation des « mineurs étrangers isolés », composé de représentants de différents ministères, d’institutions et d’associations.

Mobilisons-nous ensemble avec et pour les plus fragiles !

Déclaration collectif Alerte et Partenaires sociaux

Les plus pauvres et leurs familles sont les premiers et les plus durement frappés par la crise. Il
faut leur apporter une attention prioritaire pour qu’ils ne soient pas les oubliés dans ce contexte.
Nous appelons, à l’occasion du 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère, à une
véritable mobilisation citoyenne contre la pauvreté et le chômage.

17 Octobre 2009, Journée mondiale du refus de la misère : la France ne protège pas ses enfants de la misère

Propositions d’ATD Quart Monde à la France.

Le Mouvement ATD Quart Monde rappelle que la Convention internationale des Droits de l’enfant – dont c’est le 20ème anniversaire cette année – s’élève contre toute discrimination entre les enfants. La France n’est pas exemplaire en ce domaine. Le Comité International des Droits de l’Enfant (ONU) vient de le souligner.

La LDH soutient cette manifestation, Paris, au Trocadéro, 18 h.

Observations du 22 juin 2009 du Comité des droits de l’Enfant de l’Onu à la France

Lettre ouverte

Dans l’esprit de la CIDE et dans la perspective du 20ème anniversaire de l’adoption de la Convention, plusieurs organisations s’adressent au président de la République, garant du respect des traités internationaux ratifiés par la France, pour savoir quelles suites l’Etat entend donner aux observations et recommandations du Comité de l’Onu pour veiller au respect de la CIDE en France.

Le 7 octobre, les salariés sans papiers aussi agissent pour un travail décent pour tous

La Confédération syndicale internationale (CSI) organise ce jour avec ses organisations membres une série de rassemblements et de manifestations un peu partout dans le monde pour un travail décent pour tous.

Ce même jour – et parce qu’à l’évidence c’est bien aussi la question majeure pour les salariés sans papiers -, des syndicats et des associations, dont la LDH, engagées ensemble dans cette lutte depuis des années et publiquement et avec force depuis le 15 avril 2008, appellent les travailleuses et les travailleurs immigré(e)s sans papiers à se joindre aux rassemblements.

Plus de 35 organisations rendent public un appel « pour le climat et la justice sociale »

Communiqué du collectif Urgence climatique justice sociale (UCJS)

Trente-cinq organisations ont décidé de s’engager conjointement pour organiser des initiatives communes et peser sur les décisions du sommet de Copenhague de décembre 2009. Elles considèrent que les mesures mises en œuvre et prévues par les différents États face au changement climatique sont tout à fait insuffisantes.

Des enfants sans Défenseur ?

Communiqué LDH

Après avoir aménagé des centres de rétention pour y enfermer des enfants et même des nourrissons, après avoir osé prétendre qu’en France on a l’habitude de ne pas séparer les enfants de leurs parents lorsqu’on les rafle… Avant qu’un préfet ne propose au contraire à des parents en voie d’expulsion d’abandonner leurs enfants aux services sociaux français, le gouvernement poursuit à sa manière la préparation du 20e anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant : il envisage tout simplement… la suppression de l’institution du Défenseur des enfants, créée par la loi du 6 mars 2000.

Le Conseil constitutionnel valide l’inégalité salariale

Communiqué de la LDH

La décision du Conseil constitutionnel validant pour l’essentiel la loi sur le travail du dimanche affirme des prima idéologiques inquiétants. D’une part, elle fait prévaloir les modalités supposées de la consommation des personnes sur le droit de ces mêmes personnes à vivre en famille et à profiter d’un temps de loisirs non morcelé.

Quand le ministre réprime les enseignants « désobéisseurs », c’est le service public qui trinque

Communiqué de la LDH

Dans la discrétion de la période estivale, le ministère de l’Education règle ses comptes et cherche à juguler l’opposition très active depuis des mois contre la succession de réformes imposées au mépris des avis négatifs de la très grande majorité des parties prenantes du secteur éducatif.

Travail du dimanche : un pas de plus vers la déréglementation?

Communiqué LDH

En adoptant de façon conforme le texte de l’Assemblée nationale sur le travail dominical, le Sénat vient de rendre officielle l’adoption d’une nouvelle déréglementation du droit du travail. Il s’agit d’une aggravation manifeste de la situation des salariés dans la mesure où ce qui était exceptionnel et donnait lieu à un traitement compensatoire, en salaire et en jours de récupération, pourra devenir normal et ne justifiera aucun traitement supplémentaire dans certains cas.

Restitution des tentes de la rue de la banque

Communiqué du DAL

Le DAL, condamné en novembre 2008 à 12 000 euros d’amende et à la confiscation de 318 tentes et matériel de couchage lors du campement des 374 familles sans logement de la rue de la banque entre octobre et décembre 2007, a été relaxé par la Cour d’Appel de Paris. L’association et les familles du campement de la rue de la banque vous invitent vendredi 10 juillet à 12h, 24 rue de la banque.

H&L 147 – La révision des lois bioéthiques

- Introduction au dossier, 2 pages.

Gestation pour autrui (GPA), dons
d’organes entre vivants, médecine
prédictive par tests génétiques… De
telles avancées scientifiques, à même de
repousser les limites de la souffrance, de
surmonter la maladie ou la stérilité ne sont
pas sans enjeu pour notre société, tant dans
la conception de l’humain qu’elles impliquent
que dans les modifications profondes des
rapports sociaux qui peuvent en découler.
Comme tous les progrès technologiques, les
avancées en matière biomédicale doivent
faire l’objet de choix citoyens. Pour ne pas
laisser la science décider de l’organisation de
la société future, il faut connaître, comprendre,
analyser et anticiper les conséquences
sociales de ces évolutions.