Observatoire de la liberté de création

Censurer la création, c’est porter atteinte à la faculté de chacun de pouvoir jouir des arts et des œuvres, et porter atteinte au débat et à la faculté critique. Le respect de la liberté de création est essentiel pour la démocratie. Or les formes de censures ou de restrictions imposées aux œuvres et aux artistes ne cessent de se multiplier. La LDH a créé un « Observatoire de la liberté de création » qui, avec de nombreux partenaires, intervient sur ces questions.

Lettre ouverte adressée à Aurélie Filipetti, par l’Observatoire de la liberté de création, au sujet de l’exposition d’Ahlam Shibli

L’Observatoire de la liberté de création s’adresse à vous au sujet de l’exposition d’Ahlam Shibli présentée actuellement au Jeu de Paume, objet de pressions, et parfois d’attaques violentes qui en menacent le bon déroulement, compromettent la sécurité du personnel du Jeu de Paume et du public. Ces faits menacent la liberté de création que nous défendons.

L’Observatoire de la liberté de création dénonce la censure de l’affiche du film d’Alain Guiraudie

Communiqué de l’Observatoire de la liberté de création dont la LDH est membre

Les municipalités UMP de Saint-Cloud et de Versailles ont cru bon de retirer des rues de leur ville l’affiche de L’Inconnu du lac, film d’Alain Guiraudie sorti sur les écrans ce mercredi, créée par l’illustrateur Tom de Pékin, et où figurent au premier plan deux hommes dessinés qui s’embrassent.

La RATP censure désormais au nom de la religion et des bonnes moeurs

Communiqué Observatoire de la liberté de création, dont la LDH est membre.

En refusant cette affiche de la prochaine série d’ARTE, la RATP, par le
truchement de sa régie Métrobus, ne s’en prend plus seulement aux
cigarettes de Gainsbourg et aux pipes de monsieur Hulot, elle se prend
désormais pour la Congrégation de la foi, dont chacun sait qu’elle
servait à la mise à l’Index, et décide de ce qui pourrait être considéré
comme une attaque à la religion chrétienne. La RATP voit dans cette
main dans le dos une allusion sexuelle.

Le conseil régional de la Réunion ne veut plus financer le festival Sakifo

Communiqué de l’Observatoire de la liberté de création

Le conseil régional de la Réunion a pris la décision de retirer son financement au Festival Sakifo en raison de la programmation de l’artiste Orelsan. A cause d’une chanson qui a provoqué un scandale en 2009 et que l’artiste ne programmait pas de chanter lors de ce Festival.

L’Observatoire de la liberté de création soutient le théâtre face aux intégristes catholiques

Communiqué

Après les exactions commises en Avignon contre l’œuvre Piss Christ d’Andres Serrano, voilà que les groupuscules d’extrême droite ont décidé de perturber deux spectacles, Sur le concept du visage du fils de Dieu, création de Romeo Castellucci, en tournée depuis le 20 octobre, d’abord à Paris, au Théâtre de la Ville puis au Centquatre, ensuite à Rennes et à Villeneuve d’Ascq, et le spectacle Golgota Picnic mis en scène par Rodrigo Garcia, prévu à l’affiche du Théâtre de Garonne à Toulouse du 16 au 20 novembre, puis au Théâtre du Rond-Point à Paris du 8 au 17 décembre, dans le cadre du prestigieux Festival d’automne.

L’Observatoire de la liberté de création soutient la Collection Lambert contre les intégristes

Communiqué de l’Observatoire de la liberté de création

Après la demande de l’évêque d’Avignon de retirer de l’exposition « Je crois aux miracles » la photographie Piss Christ de l’artiste américain Andres Serrano, après la lettre ouverte de l’institut Civitas à la maire d’Avignon, c’est désormais l’Agrif[1] qui menace de saisir le juge des référés pour obtenir le retrait de cette œuvre du site de la Collection Lambert.

L’Observatoire de la liberté de création soutient le responsable de l’Espace Saint-Michel attaqué par un commando dimanche 3 avril.

Communiqué de l’Observatoire de la liberté de création

Ce jour là, en fin d’après midi, un groupe de militants a tenté d’empêcher la projection du film « Gaza-strophe, Palestine » de Samir Abdallah et Kheredine Mabrouk programmé au cinéma Espace Saint-Michel à Paris depuis le 16 mars 2011.

L’Observatoire de la liberté de création exige la liberté pour les cinéastes iraniens Jafar Panahi et Mohammad Rasoulof !

Communiqué de l’observatoire de la liberté de création

Le régime iranien vient de commettre une ignominie de plus en condamnant le cinéaste Jafar Panahi à six ans de prison, à vingt ans d’interdiction « de réaliser des films, d’écrire des scénarios, de voyager à l’étranger ou de donner des interviews à des médias locaux ou étrangers », et Mohammad Rasoulof, jeune réalisateur qui travaillait avec Panahi, à six ans de prison.

Ces huissiers qui veulent censurer le cinéma

Communiqué Observatoire de la liberté de création

La Chambre nationale des Huissiers de Justice attaque en référé le distributeur et les producteurs du film Dernier Etage Gauche Gauche, de Angelo Cianci, et demande le retrait de l’affiche au motif qu’elle représente un huissier bâillonné dans une baignoire. Selon la Chambre nationale des Huissiers de Justice, cette représentation porterait atteinte à l’intégrité des huissiers.

Les juges refusent aux catholiques traditionnalistes de contrôler une manifestation artistique : le festival Hellfest a eu lieu sans censure à Clisson

Communiqué de l’Observatoire de la liberté de création

Après des pressions, depuis 2008 jusqu’à cette année sur le festival de musique « Metal » Hellfest, de la part de Mme Boutin et M. De Villiers, responsables politiques et de Mgr James, évêque de Nantes, la Confédération nationale des associations familiales catholiques (AFC) a cru devoir assigner en référé l’association Hellfest productions pour établir une censure a priori sur les titres interprétés sur scène pendant le festival.

Le réseau Utopia ne doit pas censurer un film israélien à raison du comportement de l’Etat hébreu

Communiqué de l’Observatoire de la liberté de création

L’Observatoire de la liberté de création apprend avec stupeur la déprogrammation par le réseau des cinémas Utopia du film A cinq heures de Paris du cinéaste Leonid Prudovsky, qui doit sortir en France le 23 juin, au seul motif que ce cinéaste est de nationalité israélienne et que le réseau Utopia veut faire un exemple pour marquer sa désapprobation avec l’attaque de l’armée israélienne contre la « Flottille de la liberté ».

Le conseil général de la Somme se couvre de ridicule en censurant une exposition de dessins

Communiqué de l’Observatoire de la liberté de création

L’exposition « Pour adultes seulement : quand les illustrateurs de jeunesse dessinent pour les grands », qui devait se tenir à la bibliothèque départementale de la Somme, à Amiens, du 19 mai au 19 juillet, a été annulée, à onze jours de son inauguration, par le président du conseil général de la Somme, alors qu’elle était programmée depuis plus d’un an.

L’Observatoire de la liberté de création dénonce les pressions contre le film Hors-la-loi de Rachid Bouchareb

Communiqué de l’Observatoire de la liberté de création

Le film Hors-la-loi de Rachid Bouchareb, qui va être présenté au Festival de Cannes a fait l’objet de pressions politiques de la part de plusieurs élus de la majorité, relayées par un secrétaire d’État, pour que ce film soit censuré ou privé de ses subsides.

« Outrage au drapeau » : la garde des Sceaux a tout faux

Communiqué de l’Observatoire de la liberté de création

La Fnac, qui se promeut comme agitateur de curiosité, a publié la photographie d’un jeune Niçois désignée comme coup de cœur dans la catégorie « politiquement incorrecte » lors d’un concours organisé par elle à Nice en mars. Pour la censurer le lendemain, en « accord avec l’auteur ». De quoi s’agit-il ? D’un homme de dos qui se frotte le postérieur avec un drapeau de la République.

Une fiction attaquée au nom d’une réalité : une nouvelle forme de censure

Communiqué de l’Observatoire de la liberté de création

Le roman noir de Lalie Walker, Aux malheurs des dames, publié aux éditions Parigramme, fait l’objet d’une poursuite en diffamation et injure devant le tribunal correctionnel de Paris par le Village d’Orsel, gestionnaire du marché Saint-Pierre, lieu où se situe l’action du livre.

L’Observatoire de la liberté de création soutient Rahyana

Communiqué de l’Observatoire de la liberté de création

Dans sa pièce, « A mon âge, je me cache encore pour fumer », Rahyana montre neuf femmes qui se confient, entre fous rires et larmes, dans l’intimité d’un hammam d’Alger. Elles parlent de l’oppression qu’elles subissent, de la violence et de la guerre, mais aussi de leur corps et des traditions de leur pays.