Le maire de Triel-sur-Seine interdit tout rassemblement de plus de deux personnes

La LDH poursuit son combat contre les arrêtés municipaux visant à chasser les personnes en situation de précarité des centres-villes.

Au  motif que « des troubles à la tranquillité, à la sécurité et à la salubrité publiques ont été constatés par les effectifs des polices municipale et nationale, empêchant une libre circulation des piétons et des personnes à mobilité réduite, occasionnant de nombreuses nuisances et des agressions physiques et verbales », le maire de Triel-sur-Seine a, par arrêté du 7 mai 2024, interdit tout rassemblement de deux personnes et plus troublant la tranquillité, la sécurité et la salubrité publiques de 8h à 4h dans onze zones de la commune.

La LDH, estimant que cet arrêté portait une atteinte manifeste à la liberté d’aller et venir, a introduit un recours en annulation, assorti d’un référé-suspension. L’affaire est pendante.

Share This
Soutenez les combats de la LDH

Les droits et les libertés ça n’a pas de prix, mais les défendre a un coût.