Interdiction de manifester à Paris : retour sur la mobilisation contre la réforme des retraites

Si la LDH a pu obtenir d’importantes victoires contentieuses en faveur de la liberté de manifester durant la mobilisation contre la réforme des retraites, les manœuvres déloyales de la préfecture de police de Paris avaient constitué un obstacle à la contestation par la voie d’un référé-liberté de la plupart des arrêtés d’interdiction de manifester.  

En effet, ce ne sont pas moins de huit arrêtés préfectoraux interdisant les manifestations entre le 23 et le 28 mars, publiés la veille au soir de leur entrée en vigueur, que la LDH n’avait pas pu contester utilement, faute pour le juge des référés d’avoir le temps de statuer avant leur entrée en vigueur. La LDH avait, avec succès, contesté cette pratique devant le tribunal administratif de Paris qui avait enjoint à la préfecture de publier les arrêtés portant interdiction de rassemblements dans un temps permettant un accès utile au juge du référé-liberté.

Ces huit arrêtés ont toutefois, pour le principe, été contestés par la LDH devant le tribunal administratif de Paris par la voie de recours en annulation introduits le 2 juin.

 


Suivez-nous sur :
Share This
Soutenez les combats de la LDH

Les droits et les libertés ça n’a pas de prix, mais les défendre a un coût.