Contre la dénomination d’une esplanade au nom d’un chef de l’OAS à Perpignan

Lors d’une séance du 22 septembre 2022, le conseil municipal de la commune de Perpignan a rappelé que l’esplanade qui se situe entre le square Bir Hakeim et le boulevard Jean Bourrat, face à la rue Molière, n’avait pas encore de dénomination.

Il a, dans ce cadre, été soumis l’idée de suivre l’avis émis le 21 juin 2022 par la commission des hommages publics qui a proposé un hommage à “l’homme politique et écrivain Pierre Sergent” tout en relevant que “certains esprits chagrins lui reprochent son implication dans la défense des intérêts français pendant la guerre d’Algérie“.

Le Conseil municipal de Perpignan a approuvé cette proposition par l’adoption d’une délibération, le 28 septembre 2022.

Pierre Sergent était notoirement connu pour avoir été le chef de la branche métropolitaine de l’organisation d’extrême-droite l’Organisation de l’armée secrète (OAS), responsable de nombreux attentats occasionnant, au début des années 1960, jusqu’à 2 700 morts (dont 70 en France métropolitaine). La décision de la commune a suscité de vives réactions et la mobilisation de plus de trente associations, dont la LDH, qui ont appelé à une manifestation, le 29 octobre 2022, pour réclamer l’abandon de cette nouvelle dénomination, en dénonçant “une démarche révisionniste“, “une tentative de dédiabolisation de l’OAS“, “une injure aux familles de victimes“.

Le 23 novembre 2022, la LDH introduisait un recours en annulation contre la délibération adoptée.


Suivez-nous sur :
Share This
Soutenez les combats de la LDH

Les droits et les libertés ça n’a pas de prix, mais les défendre a un coût.