Environnement

Pour la LDH, combattre les changements climatiques passe par la justice sociale ! Les décisions qui s’imposent en matière de préservation de l’environnement, dans des conditions assurant la santé et la vie humaines, ne peuvent être prises au détriment des droits socio-économiques, notamment des plus fragiles. Inversement, la protection des écosystèmes est la condition de l’exercice des droits de toutes et tous. C’est avec ces exigences écologiques que la LDH œuvre pour la justice sociale et l’accès à la justice climatique. De même, en lien avec les associations de protection de l’environnement, la LDH mène un travail d’identification des droits à caractère environnemental et participe aux mobilisations citoyennes, pour continuer à tenir son rôle de vigilance démocratique.

Appel pour le maintien des mobilisations citoyennes pour le climat

Construisons un monde juste, durable et solidaire   Les peuples de Paris et Beyrouth ont vécu des massacres ignobles. Nous exprimons notre tristesse et notre solidarité avec toutes les victimes ainsi que notre détermination à nous tenir debout face au meurtre programmé et aléatoire de civils innocents. Qu’ont voulu les terroristes ? Nous faire peur…

COALITION mondiale « CLIMAT 21 »

A quelques semaines de la tenue de la Conférence de Paris sur le climat, le passage à un développement durable est une urgence pour la protection et la promotion des droits de l’Homme. Les appétits financiers dérégulés et les politiques à court terme compromettent déjà le droit à la survie de populations touchées, dans diverses…

Une seule planète

A l’occasion de la Semaine de la solidarité internationale, quatre jours de festivités du 17 au 20 novembre (concerts, expo, théâtre,…) à « Mains d’oeuvres » (espace culturel et social de Saint-Ouen) afin de sensibiliser les citoyens aux enjeux d’une gestion durable et équitable des ressources naturelles.

Leçons de Fukushima

Edito de Jean-Pierre Dubois, président de la LDH (Hommes&Libertés n°153 – janvier/février/mars 2011)

La LDH n’a jusqu’à aujourd’hui jamais pris position sur la question du recours à l’énergie nucléaire à des fins non militaires : les politiques publiques de l’énergie lui semblaient relever d’un champ d’appréciation dépassant les limites de son mandat.