La LDH participera aux Gay Games 2018

Par Julien Molesin, membre du Comité central de la LDH et responsable du groupe de travail « LGBTI »

 

Les Gay Games : des jeux ouverts à tou-te-s

Fondés en 1982 à l’initiative d’un décathlonien américain, Tom Waddell, les Gay Games se veulent en effet une manifestation sportive et culturelle « inclusive », ouverte à tous les individus quelle que soit leur orientation sexuelle, et « promotrice de valeurs de tolérance ». Trois valeurs guident ces jeux :

  • Inclusion : pas de discrimination sur la base de l’orientation sexuelle, le sexe, la race, la religion, la nationalité, l’origine ethnique, les convictions politiques, les capacités sportives ou artistiques, l’âge, la condition physique ou l’état de santé.
  • Dépassement de soi : l’essentiel n’est pas de gagner mais de participer. Les Gay Games offrent à chacun-e la possibilité de faire de son mieux et de marcher dans un stade avec ses coéquipier-e-s et d’autres participant-e-s du monde entier sous les acclamations et les félicitations des spectat-eur-rice-s.
  • Participation : Les Gay Games sont un événement international, qui accueille et encourage la participation de tous les athlètes et les artistes, gays ou hétéros, jeunes ou vieux-vieilles, expérimenté-e-s ou novices, valides ou handicapé-e-s, sans qualification ni sélection pour y participer.

Au cours des événements sportifs des Gay Games, on constate souvent que les moins expérimenté-e-s, les dernier-e-s ou les plus ancien-ne-s reçoivent le plus d’applaudissements et d’acclamations. Par exemple, ce plongeur de 85 ans ou cette sprinteuse de 94 ans, recordman du monde de la discipline dans sa catégorie d’âge. Leur participation, leur inclusion et leur dépassement de soi constituent l’essence même des Gay Games.

 

Un évènement d’envergure internationale qui aura lieu à Paris en Aout 2018

Du 4 au 12 août 2018, Paris accueillera la 10e édition des GAY GAMES, la plus grande manifestation sportive, culturelle et festive du monde, ouverte à toutes et à tous ! Pas moins de 15 000 participant-e-s venant de 70 pays sont attendu-e-s aux différentes épreuves (natation, bowling, pétanque, etc.) en plus des différents événements festifs organisés (soirée d’ouverture, concerts, etc.). Aux sportifves, il convient d’ajouter les milliers de bénévoles français-es adhérent-e-s des fédérations sportives partenaires.

Du mercredi 1er août au vendredi 3 août 2018, PARIS 2018 GAY GAMES et l’Union Française des Œuvres Laïques d’Éducation Physique (UFOLEP) proposeront un cycle de conférences académiques internationales (en français et en anglais) autour du sport et de la diversité.

Au final, les trois journées serviront à valider un texte de conclusions réunies sous le nom d’« Appel de PARIS 2018 pour le sport pour tous ». Ces conclusions comprendront 18 propositions concrètes rendues public le samedi 11 août 2018 pendant la cérémonie de clôture des Gay Games 10. Il s’agira d’un héritage des GAY GAMES 10 au profit de l’ensemble du mouvement sportif.

 

La participation de la ligue des droits de l’homme

Tout début octobre, la Ligue des droits de l’Homme (LDH), avec l’Association européenne des droits de l’Homme (AEDH) et Paris 2018 ont signé un accord de partenariat. Cet accord fait de la LDH un partenaire privilégié de Paris 2018 (participation aux comités de suivi, intervention lors du cycle de conférences initial, participation à l’animation du Village des Gay Games, etc.).

Il ne tient maintenant qu’aux ligueurs et ligueuses, avec le nouveau groupe de travail « LGBTI », d’assurer la diffusion du message universaliste qui est le nôtre et de faire connaître notre organisation et ses combats. Si vous voulez en savoir davantage ou vous associez aux travaux, n’hésitez pas à envoyer un courriel à : julien.molesin@ldh-france.org

« Je vous confirme notre vif intérêt pour s’associer aux Gay Games 2018, année des 120 ans de la Ligue des droits de l’Homme et des 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Cette fête de l’égalité sera un moment fort de cette riche année auquel nous comptons bien nous investir pleinement. » (Malik Salemkour).

 

Share This