Journée mondiale des réfugiés : mettre fin aux parcours migratoires mortifères

Communiqué LDH

L’ONU recense 110 millions de personnes victimes de déplacements forcés dans le monde dont 35 millions de réfugiés et 65 millions de déplacés internes, une situation aggravée par les guerres, notamment en Ukraine et au Soudan, et le dérèglement climatique, soit 20 millions de personnes supplémentaires par rapport à l’année dernière. A l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, ce 20 juin, la LDH (Ligue des droits de l’Homme) réaffirme son engagement en faveur de politiques migratoires basées sur la liberté de circulation et l’égalité des droits.

Face à l’ampleur des discours xénophobes et aux surenchères législatives, il convient de rappeler que 76 % des personnes exilées sont accueillies dans des pays à revenus faibles ou intermédiaires. Et comme les conflits en Ukraine et en Syrie l’ont montrée, l’immense majorité (70 %) d’entre elles reste dans les pays limitrophes. Les pays riches, dont la France et plus généralement les Etats membres de l’Union européenne, qui n’accueillent que 10 % des réfugiés dans le monde, préfèrent, quant à eux, financer des mesures répressives coûteuses et attentatoires aux droits fondamentaux : rétention administrative, durcissement des contrôles aux frontières, refoulements, criminalisation des personnes solidaires…

Il est temps d’en finir avec les politiques répressives. Avant toute chose, la LDH demande l’ouverture de voies légales et sûres pour faire en sorte que les routes maritimes et terrestres ne soient plus de grands cimetières pour les personnes contraintes de fuir leur pays. Elle appelle à adopter des politiques d’accueil respectueuses des droits fondamentaux et de la dignité des personnes.

Paris, le 20 juin 2023

Télécharger le communiqué LDH “Journée mondiale des réfugiés : mettre fin aux parcours migratoires mortifères” en PDF

 


Suivez-nous sur :
Share This
Soutenez les combats de la LDH

Les droits et les libertés ça n’a pas de prix, mais les défendre a un coût.