[infocom] Fédération Paris – Hommage aux victimes du 14 juillet 1953

fede parisfedera paris

 

Le 14 juillet 1953, la gauche communiste et syndicale célèbre la fête nationale, comme c’est la tradition, par une manifestation à Paris. Y participent,

à la fin du cortège, plusieurs milliers de militants du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD), le parti nationaliste algérien.

Quand ils arrivent place de la Nation, des heurts se produisent et les policiers tirent froidement sur les manifestants algériens.

Six d’entre eux sont tués, ainsi qu’un militant de la CGT. Et on compte des dizaines de blessés par balles.

La commémoration en hommage aux victimes du 14 juillet 1953 comprendra de nombreux évènements.

 

Voici ceux auxquels la LDH participera :

 

– jeudi 6 juillet à 15h : Place de la Nation à Paris, inauguration de la plaque en hommage aux victimes du 14 juillet 1953, au niveau de l’immeuble du 12, avenue du Trône. Rendez-vous devant le nº 91 du boulevard de Picpus (12ème). Les sections parisiennes de la LDH y seront présentes.

– vendredi 7 juillet à 18h : Rencontre autour du livre de Daniel Kupferstein « Les balles du 14 juillet 1953 » à la librairie La Terrasse de Gutenberg (9 rue Emilio Castelar, Paris 12)

– à 20h : au café associatif de La Commune libre d’Aligre (3 rue d’Aligre, Paris 12), projection du film de Daniel Kupferstein « Les balles du 14 juillet 1953 »

– samedi 8 juillet à 17h : Rencontre autour du livre de Daniel Kupferstein “Les balles du 14 juillet 1953” à la librairie Le Monte-en-l’air (71 rue de Ménilmontant/2 rue de la Mare, Paris 20) organisée par les Amis du Monde Diplomatique et la fédération de Paris de la LDH

– dimanche 9 juillet à 16 h : Projection du film et présentation du livre « Les balles du 14 juillet 1953 », discussions et échanges, en présence de Daniel Kupferstein ; Akram Belkaid, journaliste au Monde diplomatique, et Gilles Manceron, historien et membre de la LDH. Au café Le Lieu-Dit (6 rue Sorbier, Paris 20, Métro Ménilmontant ou Gambetta, Bus 96 arrêt Henri Chevreau).

Share This