Appel à rassemblement et grève féministe

Droits des femmes

LDH : Grenoble

Date
08/03/2022 - 15h45

Lieu
Hopital couple-enfant du CHU de Grenoble
Quai Yermoloff, 38700 La Tronche

Ajouter au calendrier : iCal ou webcal ou Google


Appel à rassemblement et grève féministe

8 mars 2022 : construisons la grève féministe !

 

L’idée d’une journée internationale des droits des femmes est née en 1910. Le but est de mobiliser les femmes en  lien avec les organisations ouvrières et d’exiger l’indépendance économique des femmes.

 

AU TRAVAIL

Les femmes  représentent 90% du personnel de caisse des magasins d’alimentation, 70 % du personnel médical et de soutien, 67 % du personnel d’entretien. Nous sommes massivement des travailleuses précaires. Nous subissons au travail des violences économiques, sociales, sexistes et sexuelles liées à notre genre : salaires plus bas, temps partiels, harcèlement, viols…

Parce que nos salaires sont plus bas, si l’une des personnes du foyer renonce à son activité professionnelle pour s’occuper des tâches dédiées au foyer, c’est la femme qui le fait. Les femmes et les minorisé·es de genre qui perçoivent l’allocation adulte handicapé (AAH) la perdent une fois qu’iels se déclarent en couple avec une personne percevant plus d’une certain montant de salair. Cela nous met en situation de dépendance et de vulnérabilité.

 

DANS LA SPHERE FAMILIALE

Tout le travail invisible et/ou dévalorisé (domestique, reproductif, éducatif…) est assumé à majorité écrasante par les femmes. Il est nécessaire au fonctionnement de notre système de société patriarcal. Sa naturalisation, c’est-à-dire l’idée selon laquelle les femmes seraient destinées naturellement aux tâches domestiques et au soin des autres, permet de rendre normale une situation de surexploitation injuste et violente. Ce sexisme sert le système patriarcal et capitaliste.

 

L’EXTREME DROITE EN EMBUSCADE

Alors que plusieurs personnalités d’extrême droite sont candidat·es à la présidentielle, que leurs propos sont sur-médiatisés, nous rappelons que le féminisme est incompatible avec leurs idées. L’extrême droite est un danger pour les droits des femmes et tous.te.s les minorisé.e.s de genre. Dans le monde, lorsque Trump ou Bolsonaro ont été au pouvoir, ce sont les droits des femmes et des immigré·es qui ont été attaqués en premier. En Pologne ou en Russie, au nom d’une vision traditionaliste de la famille, le droit à l’avortement a été réduit. La nouvelle présidente du Parlement européen est anti-IVG. Notre lutte est une arme contre leur volonté d’oppression. 

 

CONSTRUIRE LA GREVE FEMINISTE

Se mettre en grève, c’est mettre en évidence l’importance de notre place dans la société, tout en donnant de la visibilité à nos revendications y compris pour celles et ceux qui ne peuvent pas arrêter de travailler. C’est créer une solidarité féministe et revendiquer ensemble notre droit fondamental à une existence digne et indépendante, une existence qui soit choisie. Se mettre en grève c’est exiger une société meilleure dans laquelle exister.