Bulletin « Les droits de l’Homme en Chine » n° 110 – octobre 2016

Le noyau et le modèle

Longtemps voilé par les brumes et les incertitudes du pouvoir, le paysage politique chinois s’est éclairé ces derniers mois. On voit la direction prise et le pouvoir qui s’organise ; de nouvelles difficultés apparaissent à l’intérieur du pays et dans son entourage ; enfin, après quatre ans de mise en place, on perçoit les grandes lignes de la diplomatie et de la politique étrangère.

Depuis la dernière réunion du Comité central du Parti (sixième session tenue ce mois d’octobre), le chef d’État, Secrétaire général du Parti, président de sa Commission militaire et d’une flopée de commissions ad hoc toute puissantes et constituées hors les institutions d’État, Xi Jinping est devenu le « noyau », le centre, le modèle dont doivent s’inspirer les quatre-vingt-six millions de membres du PCC. Lancé en début d’année ce terme de noyau avait suscité quelques résistances mais il a fini par s’imposer à l’automne. Ce qui vaut reconnaissance de tous les titres et fonctions que Xi Jinping a accumulés et lui donne plus d’autorité encore pour remanier la direction du parti lors du Congrès de 2017. Le plenum du Comité central a adopté de nouvelles « lignes directrices de la vie politique dans de nouvelles circonstances » et a changé les règles d’appréciation et de supervision interne du parti.

 

Pour lire la suite, téléchargez la lettre Chine n° 110

Share This