Bulletin « Les droits de l’Homme en Chine » n°131 – Mars 2020

Une épidémie de contrevérités. La plus massive quarantaine de l’histoire mondiale

Le redoutable coronavirus venu de Wuhan aura au moins un effet positif : celui de révéler la pathologie politique qui affecte le régime chinois. Celle d’un pouvoir qui censure l’information sur la santé et ferme la bouche des médecins qui osent l’ouvrir, qui nie la valeur universelle du droit à l’information et administre une vérité officielle « à caractéristiques chinoises », c’est-à-dire assortie de mensonges.
Les mises en garde sur le peu de fiabilité des dépêches venues de Chine n’ont pas manqué au fil des années. Mais restées minoritaires, elles n’ont pas retenu l’attention. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : rien qu’en Chine, 600 à 800 millions d’individus – un dixième de la population mondiale et plus que celle de toute l’Union européenne – ont été astreints depuis le début de février à un régime de quarantaine (quatorzaine) ou à des contrôles d’entrée et de sortie de domicile ; il s’agit de la plus massive quarantaine de l’histoire mondiale.
L’Europe s’est crue un moment à distance, s’est tranquillisée et a admiré l’efficacité d’un pouvoir sans partage.
Mais à présent, les choses sont tout autres. Les populations croient leur santé menacée, savent que cette épidémie non maîtrisée touche officiellement (au 5 mars 2020) quatre-vingt-un pays hors de Chine et y font des morts ; ils apprennent que des cités italiennes voisines déplorent cent sept décès (5 mars 2020) et s’enferment par précaution. L’inquiétude les gagne sans qu’on puisse dire dès maintenant qu’elle soit excessive ou insuffisante.

Pour lire la suite, TELECHARGER LA LETTRE AU FORMAT PDF.

 

Share This