Appel à libérer Maksym Butkevych, militant ukrainien des droits humains et anti-raciste, fait prisonnier par l’armée russe

Communiqué commun dont la LDH est signataire

Les organisations et personnes signataires ont appris avec la plus grande inquiétude la capture, autour du 24 juin 2022, de Maksym Butkevych, éminent défenseur des droits humains et journaliste ukrainien, dans la région de Luhansk, autour des villages de Zolote et Hirske, avec 13 autres militaires, par les forces russes. Depuis mars 2022, Maksym Butkevych avait rejoint les forces armées ukrainiennes.

Evgenia Butkevych, la mère de Maksym, a appris la capture de son fils par des vidéos de propagande russe publiées fin juin et présentant Maksym comme un propagandiste, soutien du “coup d’Etat nazi” de 2014 en Ukraine. Ces attaques personnelles rendent sa détention encore plus inquiétante. Sa famille et ses proches n’ont aucun contact avec lui depuis sa capture et sa localisation exacte reste à ce jour inconnue. 

Ces vingt dernières années, Maksym Butkevych a été l’un des plus actifs défenseurs des droits humains, des principes démocratiques et de la tolérance en Ukraine, combattant contre toute forme de discriminations. Il est le cofondateur et coordinateur du “No Border Project” qui a pour objectif d’aider les demandeur.e.s d’asile de tous pays et les déplacé.e.s internes en Ukraine. ll a dans ce cadre étroitement collaboré avec l’UNHCR. Cette initiative ukrainienne anti-raciste dénonce par ailleurs l’utilisation de discours de haine dans les médias et le débat public

Maksym Butkevych est aussi l’un des fondateurs du Centre des droits humains et de soutien à la société civile “ZMINA”.

Maksym Butkevych est également l’un des fondateurs de Hromadske Radio où il a travaillé comme journaliste. Il a aussi collaboré avec la “BBC World Service” et plusieurs chaînes de télévision nationales ukrainiennes, ainsi qu’avec le festival documentaire Docu Days, le seul festival du film sur les droits humains en Ukraine. 

Les organisations et personnes signataires demandent instamment aux autorités russes de communiquer à la famille, aux autorités ukrainiennes, et à toutes les autorités compétentes le lieu et les conditions de détention de Maksym Butkevych et des autres soldats faits prisonniers.

Elles appellent les forces qui les détiennent, quelles qu’elles soient, au strict respect du droit international humanitaire, notamment l’interdiction de tout traitement inhumain et dégradant, l’accès aux soins médicaux et à l’assistance d’un avocat.

Elles demandent à ce que leur soit conféré le statut de prisonniers de guerre conformément aux Conventions de Genève.  

Elles demandent également aux autorités françaises d’intercéder en leur faveur.

 

Organisations signataires : Assemblée Européenne des Citoyens ; Association Solidarité Bretagne Ukraine ; Association Golias ; Association Grani ; Attac France ; Centre de recherche et d’information pour le développement (Crid) ; Collectif éditorial Arguments pour la lutte sociale aplutsoc.org ; Collectif Pour l’Ukraine, pour leur liberté et la nôtre ! ; Desk Russie (A l’Est de Brest-Litovsk) ; Editions Syllepse ; Ensemble ! Mouvement pour une alternative de gauche, écologiste et solidaire ; European Prison Litigation Network ; Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH) ; Fondation Copernic ; Forum civique européen ; Gauche démocratique et sociale ; Initiatives pour un autre monde (IPAM) ; FSU 03 (section départementale de l’Allier de la FSU); LDH (Ligue des droits de l’Homme) ; Mémorial-France ; Mouvement international de la réconciliation, (MIR) ; Nouveau parti anticapitaliste (NPA) ; Réseau syndical international de solidarité et de luttes ; Union des artistes ukrainiens et leurs amis, Marseille ; Union des Ukrainiens de France ; Union syndicale Solidaires.

Lire la liste des personnalités signataires, dont Patrick Baudouin, président de la LDH.

Paris, le 18 juillet 2022 

Share This