Nice : refusons la peur, refusons la censure de Estrosi

Communiqué de la section LDH de Nice et courriers du président de la LDH, Pierre Tartakowsky, adressés à Christian Estrosi, maire de Nice, et Claude Guéant, ministre de l’Intérieur.Communiqué de la section de Nice

9 février 2012

La LDH Nice organise les 10 et 11 février un colloque à l’occasion du cinquantenaire de la Guerre d’Algérie. Au nom d’une prétendue mémoire unique des Français d’Algérie, dans une démarche sans précédent, le maire Nice s’érige en détenteur de la vérité historique et somme la LDH d’annuler le colloque. Il suggère une faute de la maison des associations qui accueille l’initiative, instrumentalise la souffrance, les sentiments et les émotions des rapatriés et des harkis. Enfin, sur un mode particulièrement menaçant il agite la menace d’une opposition physique à la tenue du colloque.

La LDH de Nice ne reculera pas devant une telle intimidation ; elle ne pliera pas devant un maire qui démontre une fois de plus qu’il n’est pas le garant qu’il devrait pourtant être du pluralisme et de la démocratie.

La LDH de Nice, en plein accord avec la direction nationale de la Ligue des droits de l’Homme, maintient l’initiative prévue dans son intégralité. Face à la menace et à la peur, elle en appelle à l’opinion publique et aux citoyens pour que vive la démocratie.

Télécharger les courriers du président de la LDH, Pierre Tartakowsky, adressés à Christian Estrosi, maire de Nice, et Claude Guéant, ministre de l’Intérieur.

Si certains liens vers des documents apparaissent brisés dans cet
article, veuillez cliquer ci-dessous pour les télécharger :
Colloque_de_Nice_fin_Guerre_d_Algerie_Estrosi_9_02_12.pdf
Colloque_de_Nice_fin_Guerre_d_Algerie_MInt_9_02_12.pdf

Share This