La LDH soutient le spectacle « Raki », de Nino Noskin, mise en scène Nikson Pitaqaj

Raki réunit les deux premiers volets d’une tétralogie sur la guerre Mon ami paranoïaque et En attendant la mort. Les deux pièces traitent, à des niveaux différents, du traumatisme de la guerre, et de l’impossibilité d’un « après-guerre » tant que la guerre est niée, enfouie dans un oubli de surface.
La vie est douce pour le jeune et naïf Toni : étendu sur son matelas, il chantonne à la guitare pour sa fiancée alanguie dans un siège mi-cage à oiseau mi-« Emmanuelle » – ce qui en dit déjà long. Mais ça se gâte tout de suite : un malentendu minuscule avec le voisin, la suggestion doucereuse de l’ami plus âgé, accessoirement marchand d’armes : « il te faut une arme pour te défendre », et la spirale de la paranoïa commence à monter. Toni terrorise sa fiancée, pour lui montrer qu’il est « un homme », agresse les voisins et finit par transformer sa maison en camp retranché. Tuer l’autre pour lui « apprendre à vivre », tuer pour montrer « qu’on est quelqu’un » : ce Toni a si peu conscience d’exister, en effet, qu’il ne peut parler qu’entre guillemets, la langue d’une guerre qu’il ne connaît pas et dans laquelle il croit trouver une identité.

C’est aussi le thème de la seconde pièce. Au milieu de la guerre, une famille, serrée comme un fagot, claque des dents, attendant la mort. Il faut cacher le fils, pour qu’il ne parte pas au front. Amis ou ennemis, les soldats sont tous les mêmes : ils humilient les « faibles », les parents, les filles ; et le fils part au front. Il en revient soldat, ivre de la puissance de son fusil, ivre de la terreur qu’il inflige aux autres.

Ces pièces de peu de mots sont mises en scène avec une grande efficacité, des farces tellement noires qu’on finit par en rire, sans que ce rire ne fasse jamais oublier ce sur quoi l’auteur nous met en alerte : la contamination profonde de la guerre. Né dans ce qui était la Yougoslavie, ayant connu la prison et l’hôpital psychiatrique, il sait de quoi il parle. Un bon sujet à débattre au moment où la spirale de la guerre monte en Ukraine.

Auteur et œuvre : Nino Noskin

Mise en scène : Nikson Pitaqaj

Production : Compagnie Libre d’Esprit

Avec : Henri Vatin, Lina Cespedes, Zachary Lebourg, Anne-Sophie Pathé

Durée : 2 heures (les deux pièces sont jouées à la suite avec un entracte de quinze minutes)

Diffusion : diffusion@libredesprit.net

Site Internet : www.libredesprit.net

Tarifs

18 € plein tarif

14 € séniors et moins de 30 ans

12 € demandeurs d’emploi et étudiants

10 € scolaires

10 € groupe (plus de 10 personnes)

10 € tarif unique le samedi à 16h

8 € détenteurs du Pass Culture 12e

7 € enfants de moins de 12 ans

Théâtre de l’Épée de bois

Cartoucherie de Vincennes

Route du Champs de Manœuvre

75012 Paris

Réservations et accès

Du mardi au samedi

De 14h à 18h

01 48 08 39 74

Métro ligne 1 : Château de Vincennes, puis bus 112 : arrêt Cartoucherie

Share This