Jean-Paul Hébert, 1946-2010

Notre ami Jean-Paul Hébert est mort mercredi 21 juillet. Son cœur, dont nous connaissions la force et la générosité, n’a pas résisté aux suites d’une lourde intervention chirurgicale traitant un cancer du poumon.
Depuis des mois, Jean-Paul nous donnait avec humour et sans jamais se plaindre des nouvelles de son combat contre la maladie. Cet humour fait d’une part de lucidité sur ce qui restait à faire, d’autre part d’optimisme sur nos capacités à le faire, il l’aura fait vivre jusqu’au bout de son courage. Membre du Comité central, et jusqu’en 2008 du Bureau national, il aura constamment allié une chaleureuse humanité dans la camaraderie militante et un goût du débat et de la rigueur dans l’argumentation qui nous interdisait de baisser la garde. Qui ne se rappelle la manière ferme et amicale dont ses présidences de séances d’examen des résolutions clôturaient nos congrès ? Qui pourrait avoir oublié que sans l’opiniâtreté et la conviction de Jean-Paul nous n’aurions pu rêver de la formidable réussite de la souscription militante pour la rénovation de notre siège ?

Mais chacun se souvient aussi de son émotion tremblante de rage lorsqu’une déclaration, un fait ou une dérobade le touchait au plus profond de ses convictions. Jean-Paul, c’était une présence humaine, physique, au service de nos idées, l’assurance que nous garderions constamment présent à l’esprit le sort des opprimés et des réprouvés, le poids de quarante-cinq années de travail pour les droits de toutes et de tous. Et c’était aussi cette voix puissante, cette inépuisable réserve de chants révolutionnaires et militants qui manquera désormais cruellement à nos moments de joie et d’amitié partagées.

Voici le dernier message reçu sur la liste de diffusion « santé JPH » qu’il avait lui-même animée depuis quelques mois : « Malgré les premiers résultats optimistes après son opération, malgré sa volonté de vivre et son courage, qui ne l’ont jamais quitté, le cœur de Jean-Paul n’a pas résisté aux suites de l’opération. »

Qu’Elisabeth et ses fils Pascal, Benoît et Pierre sachent notre peine, profonde, et la dette que nous avons envers ce passeur d’espoir et ce compagnon fraternel. Jean-Paul était un vrai militant, comme il y en a très peu. C’était un ami proche, c’était surtout un homme debout. Gardons-le ainsi dans notre mémoire.

– Voulez-vous lire l’intervention de Dominique Guibert, secrétaire général de la LDH lors de l’inhumation de Jean-Paul Hébert ? Cliquez ici

Si certains liens vers des documents apparaissent brisés dans cet
article, veuillez cliquer ci-dessous pour les télécharger :
Jean-Paul_Hebert_1946-2010.pdf

Share This