Expulsion de Bagnolet : non aux expulsions sans relogement. Respect de la dignité des personnes, des droits des familles et des enfants

Communiqué LDH Seine Saint-Denis

La fédération de Seine Saint-Denis de la Ligue des Droits de l’Homme condamne avec fermeté le sort réservé à cinq familles de Bagnolet qui occupaient un immeuble au 92, avenue Victor Hugo.Les familles, les femmes et les enfants ont été expulsées hier à 6 h du matin et jetés à la rue, tandis qu’un bulldozer détruisait non seulement le bâtiment, mais les affaires personnelles et les dossiers administratifs des personnes concernées, sous le regard d’un huissier impavide. Des hommes revenant du travail le matin n’ont pu trouver que des décombres dont l’accès est maintenant interdit par des vigiles… La police est intervenue à plusieurs reprises pour déloger ces personnes des refuges qu’elles avaient pu trouver, y compris d’un gymnase municipal, détruire les vivres qu’elles avaient pu rassembler, éteindre le brasero avec lequel elles tentaient de se réchauffer.

Procéder à cette expulsion sans avoir laissé aux familles le temps d’emporter leur affaires, détruire les documents qui sont la trace de toute une vie (et la possibilité de régulariser leur situation pour certains), laisser hommes, femmes et enfants dans la nuit et un froid intense, sans possibilité de relogement, au moins provisoire, est un acte de violence insupportable que rien ne peut justifier.

Le droit au logement, le droit de vivre en famille, le droit des enfants à une vie décente sont des droits universels dont le respect devrait être la première préoccupation des administrations et des élus, quelle que soit par ailleurs la situation et l’origine des personnes concernées.

La LDH 93 demande que des solutions de relogement soient proposées d’urgence à ces familles.

Saint-Denis, le 11 février 2010

Share This