Deuxième nuit de grévistes sans papiers sur les marches de l’Opéra Bastille, Paris

Les grévistes sans papiers se sont installés sur les marches de l’opéra Bastille. Profitant de l’élan que leur procurait la manifestation de l’après-midi, ils appellent maintenant le gouvernement à prendre la mesure d’un mouvement qui montre depuis presque 7 mois sa détermination.

Elles et ils ont besoin de la solidarité et du soutien du mouvement associatif. Car Il s’agit d’un moment stratégique : le gouvernement a tous les éléments en main, il ne peut plus tergiverser.

Demain à 15 heures, sur les marches, est organisé un moment de rencontre avec des personnalités et des responsables associatifs.

Demain, samedi 29 mai, elles et ils vont avoir besoin, de soutien, de solidarité. La LDH appelle à venir sur place pour les rencontrer de jour comme de nuit.

Car cela fait plus de 200 jours et plus de 200 nuits que plus de 6000 travailleurs sont en grève pour obtenir le seul papier qui leur manque pour être reconnus pour ce qu’ils sont, des travailleurs comme les autres.

Certains osent encore appeler des clandestins alors qu’elles et ils agissent au grand jour ! Ils ne sont plus les hommes invisibles du début de la grève, elles ne sont plus des femmes de l’ombre d’avant la grève, car elles et ils occupent le devant de la scène sociale.

Aujourd’hui, ce qui est stratégique c’est assurer la victoire de l’un des plus importants mouvements collectifs de travailleurs immigrés de notre histoire, de l’un des plus importants mouvements collectifs de travailleurs tout simplement. Car leur lutte rejoint celle de tous les salarié(e)s pour la défense du droit au travail, du droit à la santé, du droit à la retraite. Ce qui est stratégique c’est de tout faire pour que la grève gagne ! Il y faut de la présence, il y faut de l’aide, il y faut des collecte pour simplement vivre, il y faut du soutien…

Et cela porte un beau nom, cela s’appelle la solidarité.

Share This