Algérie : pour la libération immédiate du jeune tunisien Moez Bennecir et de Mohand Kadi de RAJ

Rassemblement pour la liberté de Mohand Kadi et Moez Bennacir

Pour la liberté d’expression et de manifestation

Non à l’arbitraire, Non à la répression

Vendredi 16 mai 2014, à 18 heures 30

Devant l’ambassade d’Algérie en France

50-52, rue de Lisbonne, 75008 Paris

(métro Monceau ou Courcelles)
Le 16 avril 2014, Mohand Kadi, étudiant de 23 ans, militant de l’association RAJ (Rassemblement Action Jeunesse), et Moez Bennecir, assistant d’édition tunisien de 25 ans, résident en Algérie, ont été arrêtés par la police à Alger, en marge d’une manifestation organisée ce jour-là par le mouvement Barakat en protestation « contre le quatrième mandat » et pour le droit de s’exprimer et de manifester.

Ils ont été inculpés, en date du 20 avril, pour « attroupement non armé portant atteinte à l’ordre public » en vertu des articles 97 et 98 du code pénal, par la chambre d’accusation de la cour d’Alger. Ils ont comparu, dimanche 11 mai, devant le tribunal d’Alger pour répondre de ce chef d’inculpation, après que leur demande de remise en liberté avant jugement a été refusée le 4 mai dernier. Le a requis une peine de prison d’un an ferme, malgré la démonstration faite par le collectif des avocats de la vacuité du dossier et la demande de relaxe introduite par ce dernier. Le verdict est mis en délibéré pour le 18 mai, en attendant Mohand et Moez restent incarcérés.

Rappelons que ni les services de sécurité, ni les instances judiciaires n’ont motivé, par des faits circonstanciés et caractérisés, leur incarcération suivie de leur inculpation.

Nous, associations algériennes et tunisiennes de l’émigration en France, dénonçons cet arbitraire caractérisé et ce déni flagrant du droit dont font preuve les autorités algériennes à l’égard des deux jeunes citoyens – algérien et tunisien –, dont le tort est de s’être retrouvés, comme tant d’autres, aux abords de la manifestation de protestation pacifique du mouvement Barakat, la veille de l’élection présidentielle du 17 avril.

Nous nous joignons à la mobilisation pour leur libération, qui se déroule aujourd’hui en Algérie, et appelons les autorités algériennes à leur libération immédiate et à la levée des accusations, infondées, qui pèsent sur eux.

Pour manifester notre solidarité avec Mohand Kadi et Moez Bennacir, et appuyer les demandes de leur libération, nous appelons à un rassemblement, le vendredi 16 mai 2014, à 18 heures 30, devant l’ambassade d’Algérie en France qui aura lieu en face de l’ambassade d’Algérie.

Premiers signataires:

Agir pour le Changement et la Démocratie en Algérie (ACDA)

Collectif des familles de disparue=s en Algérie (CFDA)

Massira – Algérie

Union des Etudiants Algériens de France (UEAF)

Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’ Homme en Tunisie (CRLDHT)

Fédération des Tunisiens Citoyens des deux Rives (FTCR)

Association des Tunisiens en France (ATF)

Association Démocratique des Tunsiens en France (ADTF)

Association Vérité et Justice Farhat Hached ( AVJFH)

Assocaition des Travailleurs Maghrébins en France (ATMF)

Femmes Plurielles

Ligue des droits de l’Homme

Mouvement Barra

Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens (UTIT)

Share This