9 novembre : en mémoire de la Nuit de Cristal, contre les fascismes !

Le 9 novembre, Memorial 98, avec ses partenaires du Collectif VAN (Vigilance Arménienne contre le négationnisme) et de l’association Ibuka-France (Justice et soutien aux rescapés du génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda)  vous invite à participer à la  commémoration de la « Nuit de Cristal », pogrom d’État commis par les nazis le 9 novembre 1938 contre les Juifs d’Allemagne et d’Autriche.

Pour la quatrième année consécutive, nous nous rassemblerons à Paris, à partir de 19h, devant le gymnase Japy, lieu symbolique dans lequel furent parqués en 1942, les Juifs raflés par la police française au service des nazis.

Dans la montée du nazisme et du fascisme en Europe, la Nuit de Cristal représente un jalon important: les nazis, au pouvoir depuis 1933 franchissent alors une nouvelle étape dans la violence, celle de massacres antisémites commis au vu et au su de toute l’Europe.

Les images des synagogues incendiées, des enfants, des femmes et des hommes assassinés, arrêtés en masse, frappés et humiliés en public ne pouvaient pas être ignorées.

Pourtant, en France elles ne changèrent pas la situation: ni à la politique de refoulement des Juifs qui tentaient de fuir l’Allemagne, ni à la politique de laissez faire face à Hitler. La France fut ainsi la seule grande démocratie à ne pas avoir dénoncé officiellement les massacres perpétrés dans la nuit du 9 au 10 novembre 1938.

Soixante-dix-neuf ans après la Nuit de Cristal et soixante-douze ans après la défaite du nazisme, rappeler que l’Europe et le monde entier sont de nouveau en proie aux « vieux démons » peut apparaître comme un cliché, mais rend compte d’une réalité.

En ce moment même, les Rohyngia de Birmanie sont victimes d’une épuration ethnique et d’un crime contre l’humanité. Les institutions internationales, dont l’ONU se montrent une fois de plus démissionnaires et incapables de mettre en œuvre une réelle intervention afin de sauver cette population. Nos pensées vont vers ces hommes, femmes et enfants traqués et massacrés.

La population syrienne subit toujours les massacres et tortures du régime Assad qui a accueilli l’adjoint de Adolf Eichmann, Aloïs Brunner et lui a confié l’organisation de ses méthodes de torture.

En Europe c’est d’abord le cas en Allemagne avec la poussée électorale récente du parti AfD, anti-migrants, mais aussi largement imprégné d’antisémitisme et de négationnisme. Un des ses principaux dirigeants déclare ainsi  » nous avons le droit d’être fiers des performances des soldats allemands durant la Deuxième Guerre Mondiale »  et s’oppose à l’exclusion des négationnistes.

L’Autriche voisine fut directement concernée par la Nuit de Cristal, qui y prit un caractère particulièrement violent. Le parti d’extrême-droite FpÖ vient d’ y remporter une double victoire. Il s’agit de son score de 26% des suffrages, mais aussi de la reprise de ses thèmes racistes par le parti de droite conservateur avec lequel il va sans doute gouverner.

En France, l’antisémitisme a refait ouvertement surface lors de la campagne présidentielle. Les dirigeants du FN ont choisi d’ouvrir une polémique sur la rafle du Vel d’Hiv’. Marine Le Pen a ainsi déclaré à deux semaines du premier tour de la présidentielle de 2017 : « Je pense que la France n’est pas responsable du Vél’ d’Hiv’ ». Il s’agissait manifestement d’un choix stratégique, car elle redoublait ainsi les propos identiques du « dédiabolisé » Florian Philippot tenus quelques jours avant elle. Cette sortie provocatrice ponctuait une campagne au cours de laquelle l’antisémitisme et le négationnisme du FN ont été plusieurs fois révélés.

En Pologne , en Hongrie, en Slovaquie, en Tchéquie depuis les élections du  21 octobre, l’extrême-droite gouverne.

Aux Etats-Unis la campagne de Trump a encouragé les néo-nazis qui l’ont massivement soutenu et qui ont droit à toute son indulgence. Depuis ils paradent et n’hésitent pas à tuer, comme à Charlottesville  le 12 août dernier.

Au Japon, le premier ministre négationniste, Abe, qui minimise la responsabilité du Japon impérial dans les crimes de la 2e guerre mondiale vient de remporter une nouvelle victoire électorale.

Les génocides du vingtième siècle restent victimes d’offensives négationnistes, parfois dirigés par un Etat puissant et autoritaire. Le génocide des Arméniens reste  ainsi contesté par les autorités turques qui mènent une offensive mondiale dans ce domaine. Mais c’est aussi le cas du génocide des Tutsi, de celui des Musulmans bosniaques de Srebrenica ainsi que premier génocide du 20e siècle à l’encontre des Herrero et Nama d’Afrique australe.

 

Nuit de Cristal: un faux mouvement populaire 

Une polémique a récemment éclaté à propos du rôle de la « rue  » dans l’avènement et la chute du nazisme

Suite à la déclaration historiquement fausse de Jean-Luc Mélenchon selon laquelle la rue avait abattu le nazisme, on a vu fleurir de nombreuses répliques prétendant qu’au contraire, la « rue » avait porté Hitler au pouvoir et qu’elle était responsable des violences antisémites de la Nuit de Cristal.

Ces deux affirmations sont erronées: dans ce dernier cas c’est exactement ce que les nazis ont prétendu et mis en scène, en ordonnant aux troupes de combat SA et SS d’accomplir leurs exactions sans porter leur uniforme.

Mais la propagande antisémite avait aussi porté ses fruits après cinq années de règne nazi. Les réactions de soutien aux Juifs ont donc été faibles.

Nuit de Cristal: les SA, les SS et la Gestapo en action

Les nazis guettaient une occasion pour lancer une étape supplémentaire de ce qui deviendra, selon leur terminologie, la « solution finale du problème juif en Europe».

Le premier acte en sera un vaste pogrom organisé dans tous les territoires sous domination allemande, destiné à terroriser les populations juives et à les forcer à émigrer.

L’attentat à Paris contre le conseiller d’ambassade allemand Vom Rath leur offre un prétexte idéal.

Herschel Grynzspan était un jeune Juif polonais qui, le 7 novembre 1938, dans un geste de protestation contre le sort des Juifs en Allemagne et l’expulsion de milliers d’entre eux vers la Pologne, avait abattu à Paris le conseiller d’ambassade Vom Rath.

Hitler prépare alors une mise en scène destinée à démontrer que les Allemands du Grand Reich sont menacés par les Juifs. Le quotidien officiel du parti nazi, le « Völkischer Beobatcher », dirigé par  Goebbels, écrit ainsi le 8 novembre, alors que Vom Rath est encore vivant :

« … Il est clair que le peuple allemand tirera les conclusions de cette nouvelle action. On ne peut plus tolérer que des centaines de Juifs règnent encore à l’intérieur de nos frontières sur des rues entières de magasins, qu’ils peuplent nos lieux de distractions, que des propriétaires étrangers empochent l’argent des locataires allemands tandis que leurs frères de race incitent au-dehors à la guerre contre l’Allemagne et tuent des fonctionnaires allemands »

Parallèlement, dès le 8 novembre, les nazis prennent la précaution de confisquer chez les Juifs  tout objet que ceux-ci pourraient utiliser pour se défendre.

Lorsque Vom Rath décède, le 9 novembre, l’organisation de la terreur est en place.

Au moment où la nouvelle parvient à Hitler, ce dernier se trouve à Munich, avec la « vieille garde » des Sections d’assaut du parti nazi (SA). Ils sont réunis comme chaque année pour commémorer la tentative de putsch nazi de 1923.

Hitler quitte l’assemblée sans prononcer de discours et déclare:

« Il faut laisser le champ libre aux SA (Sections d’Assaut) »

C’est Goebbels, ministre de la Propagande, qui se charge d’annoncer publiquement le décès de Vom Rath devant l’assemblée des SA, et également d’inciter au pogrom.

Les principaux chefs nazis quittent ensuite la réunion  et téléphonent des instructions à leurs sections régionales.

Pour les troupes nazies, il s’agit d’abord  d’incendier les synagogues, sans laisser les pompiers intervenir, de détruire les magasins juifs et d’y apposer des pancartes « Mort à la juiverie internationale », ainsi que de tuer sur place les Juifs trouvés en possession d’une arme.

Dans le même temps, un message secret est diffusé depuis la direction de la Gestapo (police secrète d’Etat) de Berlin.

Pour la Gestapo, il s’agit d’incendier les synagogues, mais d’empêcher les pillages, de mettre en lieu sûr les archives trouvées dans les synagogues, de préparer l’arrestation de 20 à 30 000 Juifs parmi les plus fortunés, de traiter avec une « extrême rigueur » les Juifs trouvés avec des armes.

Dans son Journal, Goebbels confirme qu’il présente un rapport sur la situation à Hitler; ce dernier décide de laisser les manifestations se poursuivre et donc de faire retirer la police.

Goebbels commente : « Les Juifs doivent sentir pour une fois la colère du peuple. »

Il décrit ensuite précisément son action, motive les indécis. Il est ovationné par les dirigeants du parti. Tous se précipitent sur leurs téléphones. Le bataillon des SA « Hitler » part attaquer les Juifs de  Munich.

Selon les directives de Goebbels, la seule réserve est de ne pas apparaître en tant qu’organisation officielle. La fiction de la « réaction populaire » doit être maintenue.

Aussi, les SA et les SS s’habillent en civil et passent à l’acte dès 1 heure de matin.

Du nord au sud de l’Allemagne, incluant l’Autriche annexée, synagogues, maisons communautaires, asiles de vieillards, hôpitaux juifs, maisons d’enfants, logements privés et magasins juifs subissent l’assaut.

Les synagogues sont pillées, saccagées, détruites, incendiées, sans que les pompiers n’interviennent, se contentant d’empêcher la propagation des incendies aux maisons alentour. Des groupes de SA attaquent les magasins juifs qui sont facilement reconnaissables, depuis qu’une ordonnance nazie a exigé que le nom du propriétaire soit peint sur la vitrine en grandes lettres.

La teneur des messages des chefs de SA et de celui de la Gestapo montre  l’existence d’un véritable plan d’ensemble, dont l’instigateur est Hitler lui-même.

Le silence officiel de Hitler et Goebbels lors des événements des 7 et 8 novembre confirme ce plan : officiellement, il ne s’agit pas d’une action organisée par l’Etat  nazi mais d’une explosion de colère populaire contre les Juifs.

Dans son journal, Goebbels écrit à propos de l’attentat, lorsqu’il relate la journée du 8 novembre : « A Paris, un juif polonais du nom de Grynzspan a tiré dans l’ambassade sur un diplomate allemand Vom Rath, le blessant grièvement … En Hesse, grandes manifestations antisémites. On brûle des synagogues. Si seulement on pouvait déchaîner la colère du peuple ».

Pour la mémoire et la mobilisation contre les fascismes 

Il y a 78 ans, les gouvernements européens, pourtant dument avertis, refusaient de regarder la réalité nazie en face.

Ils fermaient leur frontière à ceux qui fuyaient Hitler, et laissaient commencer le massacre des Juifs, qui allait finir en génocide.

L’Histoire nous montre sans cesse que les violences, les massacres, voire les génocides dirigés contre une partie de la population et considérés ailleurs avec indifférence aboutissent toujours à l’extension de la guerre et de la haine au niveau mondial.

Nous serons ces témoins qui n’oublient aucune victime de la violence fasciste du passé, parce que l’oubli est la meilleure arme des héritiers des bourreaux.

La mémoire des génocides nourrit nos combats contre le racisme et le fascisme 

Retrouvons nous le 9 Novembre 2017 à 19 H devant le gymnase Japy (2 rue Japy 75011, métro Voltaire ou Charonne) afin de rendre hommage aux victimes de la Nuit de Cristal et de tous les génocides.

http://www.memorial98.org/2017/10/nuit-de-cristal-2017.html

 

Share This