8 janvier 2024 – tribune collective “Kurdistan : ne laissons pas un massacre en cacher un autre” publiée dans Libération

Lire la tribune sur Libération

Par Le collectif Voix pour la paix au Kurdistan avec le soutien d’une centaine d’intellectuels Parmi les premiers signataires : Ariane Ascaride, Patrick Chamoiseau, Annie Ernaux, Edgar Morin

Alors que l’armée turque intensifie ses frappes dans la quasi-indifférence, plus d’une centaine de personnalités se réuniront à Marseille, le 13 janvier, pour empêcher l’anéantissement du peuple kurde et soutenir les voix de paix.

A Marseille, le 13 janvier (1), nous nous réunirons pour rendre plus forte la voix des appels à la paix venant de Turquie. Récemment, 78 journalistes, artistes, intellectuel·les, défenseur·es des droits humains kurdes et turc·ques ont lancé un appel pour attirer l’attention sur l’urgence d’une solution pacifique. Nous reconnaissons leur courage, alors que la situation au Kurdistan ne cesse de se tendre, et que le précédent appel pour la paix («Nous ne serons pas complices de ce crime», en 2016) a été qualifié de propagande terroriste par le gouvernement turc et a causé la persécution de ses signataires. Nous entendons relayer, protéger et amplifier leur voix.

Dans un contexte marqué par les politiques militaristes, par la banalisation de toutes les horreurs, les foyers de violence extrême ne cessent de se multiplier au Moyen-Orient. Après le nettoyage ethnique de la population arménienne du Haut- Karabakh dans l’indifférence de la communauté internationale, nous assistons impuissant·es au déchaînement de violences et au massacre par des pouvoirs militaristes des populations israéliennes et palestiniennes.

Briser le cercle vicieux de la violence et de la haine Les foyers de violences extrêmes qui embrasent le Moyen-Orient ne sont pas isolés, ni les uns des autres ni du reste du monde. Ils sont pris dans les filets d’un militarisme mondialisé et sont les maillons d’une chaîne d’idéologies nationalistes qui se ressemblent désespérément. Ne laissons pas la chaîne s’agrandir et se refermer. Ne laissons pas un massacre en cacher un autre. Il nous faut tout mettre en oeuvre pour briser le cercle vicieux de la violence et de la haine, avant qu’il ne soit trop tard. Avant que l’horreur ne s’ajoute à l’horreur. En résonance avec d’autres voix qui s’élèvent dans le monde entier pour en appeler au cessez-le-feu et à la paix en Israël et en Palestine, nous élevons les nôtres pour que le peuple kurde ne soit pas oublié.

Aujourd’hui, l’Administration autonome du nord et de l’est de la Syrie relate qu’entre le 5 et le 9 octobre l’armée turque a mené des opérations massives dans ces régions – 580 frappes aériennes et terrestres ont été dénombrées -, faisant des dizaines de morts dans la population civile et détruisant systématiquement non seulement les infrastructures qui permettent d’alimenter en eau et en électricité des millions de personnes, mais aussi des écoles et des bâtiments administratifs.

Dizaines de milliers d’opposant·es enfermé·es L’AANES «exhorte toutes les parties prenantes en Syrie, les institutions des Nations unies, le Conseil de sécurité des Nations unies et les organisations de défense des droits de l’homme à adopter une position ferme contre les actions menées par la Turquie». Chaque jour les Kurdes comptent leurs victimes. Pendant ce temps, de l’autre côté de la frontière, plusieurs dizaines de milliers d’opposant·es politiques, surtout kurdes, et principalement des femmes – dont des députées et des mairesses -, sont enfermé·es dans les prisons du régime autoritaire turc qui veut étouffer toute voix de paix. Le gouvernement turc alimente volontairement la colère des Kurdes en maintenant Abdullah Ocalan, leader du mouvement kurde qui avait joué un rôle capital dans les négociations de paix en 2013 et 2015, en prison dans un isolement total, sans signe de vie depuis trente mois.

Le 13 janvier, en prenant au sérieux les signaux alarmants d’une autre guerre qui risque de prendre une ampleur incontrôlable, nous nous réunirons pour dire qu’il n’est pas trop tard. Nous nous réunirons pour empêcher l’anéantissement d’un peuple et pour porter haut et fort les voix de paix qui nous viennent de Turquie et du monde entier.

(1) Rendez-vous le 13 janvier, à 14 heures à la bibliothèque de l’Alcazar, 58 cours Belsunce à Marseille.

La liste des 121 signataires :

  1. Joseph Andras, écrivain
  2. Maryse Artiguelong, vice-présidente de la FIDH
  3. Ariane Ascaride, artiste
  4. Geneviève Azam, écrivaine et administratrice de la Fondation Danielle Mitterrand
  5. Pierre Bance, juriste, auteur
  6. Katy Barasc, philosophe, auteure
  7. Rim Battal, poétesse et autrice
  8. Alexis Baudelin, avocat au barreau de Paris
  9. Patrick Baudouin, avocat, président de la LDH (Ligue des droits de l’Homme)
  10. Maïten Bel, économiste
  11. Bruno Bernard, président de la métropole de Lyon
  12. Janet Biehl, écrivaine
  13. Oristelle Bonis, éditrice
  14. Patrice Bouveret, directeur de l’Observatoire des armements
  15. Rony Brauman, médecin, ex président de MSF
  16. Henri Braun, avocat au Bureau de Paris
  17. Christian Bruschi, professeur de droit émérite
  18. Claude Calame, anthropologue
  19. Philippe Cazal,journaliste, conseiller municipal de Narbonne
  20. Moutsie Claisse, écrivaine, ethnobotaniste
  21. Silvia Yuri Casalino, directrice de l’association Eurocentralasian Lesbian* Community
  22. Gérard Chaliand, écrivain, journaliste
  23. Patrick Chamoiseau, écrivain
  24. Joelle Chalavoux, conseillère départementale de l’Aude
  25. Nina Chastel, journaliste
  26. Maryam Chémirani, musicienne
  27. Sylvestre Clancier, président d’honneur du PEN Club de France
  28. Jean Marc Coppola, adjoint maire de Marseille
  29. Françoise Cotta,avocate à la Cour de Paris
  30. Emmanuelle Dancourt, journaliste, autrice
  31. Pierre Dardot, philosophe
  32. Javad Djavahery, auteur et producteur
  33. Jean-Pierre Djukic, directeur de recherche, Université de Strasbourg
  34. Zehra Doğan, journaliste, artiste
  35. António Pedro Dores, sociologue (Portugal)
  36. Grégory Doucet, maire de Lyon
  37. Delphine Durand, poétesse
  38. Murat Durmaz, ancien maire de Ozalp, mairie confisquée
  39. Marianne Ebel, philosophe et sociolinguiste
  40. Henri Eckert, sociologue, professeur des Universités
  41. Didier Epsztajn, animateur du blog « entre les lignes entre les mots”
  42. Asli Erdogan, écrivaine
  43. Annie Ernaux, écrivaine
  44. Jules Falquet, philosophe
  45. Sepideh Farsi, réalisatrice
  46. Didier Fassin, anthropologue et médecin
  47. Eric Fassin, sociologue, professeur des Universités
  48. Nina Faure, documentariste et autrice
  49. Barbara Glowczewski, anthropologue,directrice de recherche émérite du CNRS
  50. Marie-Louise Gourdon, Maire adjointe à la culture de Mouans-Sartoux et Commissaire du Festival du Livre de Mouans-Sartoux
  51. Robert Guédiguian, réalisateur
  52. Elie Guillou, écrivain, metteur en scène, musicien
  53. Jacqueline Heinen, sociologue
  54. Beat Hrisbrunner, prof. émérite en informatique, université de Fribourg (CH)
  55. Sylvie Jan
  56. Laurent Jeanpierre, politologue
  57. Fanny Jedlicki, sociologue
  58. Samuel Johsua, professeur émérite sciences de l’éducation
  59. Philippe Kalfayan, juriste, docteur en droit, ancien secrétaire général de la FIDH
  60. Alexandra Koszelyk, écrivaine
  61. Yasmina Kramer, journaliste, écrivaine
  62. Christian Laval, philosophe
  63. Genèvieve Legay,altermondialiste
  64. Maud Leroy, éditrice
  65. Alain Le Sann, agrégé d’histoire
  66. Coline Linder, musicienne, peintre
  67. Olivier Liron, écrivain
  68. Carine Lorenzoni, journaliste
  69. Maryam Madjidi, écrivaine
  70. Pascal Maillard, universitaire
  71. Chowra Makaremi, anthropologue
  72. Carol Mann, historienne, sociologue
  73. Valérie Manteau, écrivaine
  74. Sylvie Mateo, enseignante
  75. Halima Menhoudj, première adjointe de la Mairie de Montreuil,
  76. Danielle Michel-Chich, écrivaine
  77. Gilbert Mitterrand, président de la Fondation Danielle Mitterrand
  78. Alice Mogwe, présidente de la FIDH
  79. Nathalie Moineau, professeure de musique en Conservatoire
  80. Sylvie Monchatre, sociologue, professeure des Universités
  81. Léonore Moncond’huy, maire de Poitiers
  82. Jean Michel Morel, journaliste, écrivain
  83. Corinne Morel Darleux, écrivaine
  84. Edgar Morin, sociologue, écrivain
  85. Fred Nevché, chanteur, poète et musicien
  86. Elisabeth Nicolini, Alliance des Femmes pour la Démocratie
  87. Rina  Nissim, écrivaine
  88. Anna Nozière, autrice
  89. Naz Oke, journaliste, artiste
  90. Edmée Ollagnier, psycho-sociologue
  91. Frédéric Paulin, écrivain
  92. Pascaline Pavard, auteure, rédactrice en chef de la revue Nature & Progrès
  93. Dénis Péan, artiste
  94. Michel Peraldi, anthropologue, directeur de recherche, EHESS
  95. Jacques Perreux, président de l’association Ami-es de Roya
  96. Serge Pey, poète
  97. Alessandro Pignocchi, auteur et dessinateur
  98. Ernest Pignon Ernest, peintre
  99. Nathalie Quintane, écrivaine
  100. Alain Refalo, porte-parole du Mouvement pour une alternative non-violente (MAN)
  101. Robin Renucci, acteur, réalisateur, directeur du Théâtre de la Criée, Marseille
  102. Philippe Rio, maire de Grigny
  103. Alex Robin, journaliste
  104. Titi Robin, musicien
  105. Michel Rodde, cinéaste
  106. Laurine Rousselet, poétesse
  107. Azucena Rubio, présidente de l’Assossiation Voltairine et ses Ami-es
  108. Michèle Rubirola, soignante, 1ère adjointe au maire de Marseille
  109. Mylène Sauloy, journaliste, auteure, réalisatrice
  110. Mathieu Schneider, professeur des universités, président du Réseau MEnS
  111. Anne Steiner, sociologue
  112. Pierre Tevanian, philosophe, co-animateur du site LMSI
  113. Sylvie Tissot, sociologue, Université Paris 8, co-animatrice du site LMSI
  114. Hélène Trailin, designer, basketteuse
  115. Mathieu Tulissi Gabard, écrivain
  116. Beata Umubyeyi Mairesse, écrivaine
  117. Christine Villeneuve, Co-coordiantrice des Editions des Femmes Antoinette Fouque
  118. Marina Vlady, actrice, chanteuse et écrivaine
  119. Olivier Weber, écrivain, réalisateur
  120. Jean Ziegler, anc. rapporteur spécial des Nations Unies
  121. Laurent Ziegelmeyer, militant de la cause kurde

Suivez-nous sur :
Share This
Soutenez les combats de la LDH

Les droits et les libertés ça n’a pas de prix, mais les défendre a un coût.