2002 – RAPPORT ANNUEL – Rencontre avec des réservistes israéliens signataires du manifeste « le courage de refuser » – 22 mai, à la Bourse du travail de Saint-Denis

Avec la participation de refuzniks israéliens, Tamir Sorek et Noam Sheizaf, deux réservistes réfractaires du mouvement « le courage de refuser ». Ils étaient là pour expliquer le sens de leur refus, face au « coût sanglant que cette occupation oblige les deux parties à payer » et au fait que « les ordres (qui nous ont) été donnés dans les territoires détruisent toutes les valeurs que nous avons intégrées en grandissant dans ce pays »… sachant aussi que « les territoires ne sont pas Israël et que les colonies sont condamnées à être évacuées in fine »…

Rencontre organisée par SICO avec le soutien de Amnesty international, la FIDH et la LDH. Une tournée en province a aussi été organisée : le 23 mai à Lyon, le 25 mai à Grenoble, le 26 mai à Marseille, le 27 mai à Lille, le 28 mai à Rennes, le 29 mai à Strasbourg et le 30 mai à Nancy.

Le manifeste « courage de refuser »
– Nous, officiers et soldats, combattants réservistes des Forces de défense d’Israël, qui avons été élevés selon les principes du Sionisme, du sacrifice et du don de soi pour le peuple d’Israël et pour l’Etat d’Israël,
Nous qui avons toujours servi sur les lignes de front, qui étions les premiers à mener toures sortes de missions, dans le but de protéger l’Etat d’Israël et de le renforcer.
– Nous, officiers et soldats, combattants réservistes qui avons servi l’Etat d’Israël pendant de longues semaines lors de chaque guerre, malgré le prix élevé pour nos vies personnelles,
Nous qui,en accomplissant notre devoir militaire dans les Territoires occupés, avons reçu des ordres et des directives qui n’avaient rien à voir avec la sécurité de notre pays, et dont le seul but était” de poursuivre notre contrôle sur le peuple palestinien.
– Nous dont les yeux ont vu couler le sang des victimes des deux camps à cause de cette occupation. Nous qui prenons conscience que les ordres qui nous sont donnés dans les territoires occupés détruisent toutes les valeurs avec lesquelles nous avons grandi dans ce pays.
– Nous qui comprenons maintenant que le prix de l’occupation est la perte du caractère humain des forces de défense d’Israël et de toute la société israélienne .
Nous qui savons que les Territoires ne sont pas Israël, et que toutes les colonies sont destinées à être évacuées.
– Nous déclarons que nous ne continuerons pas à poursuivre cette guerre des Colonies. Nous ne mènerons pas de combats au-delà des frontières de 1967 pour opprimer, chasser, affamer et humilier un peuple entier.
– Nous continuerons à servir dans les forces de défense d’Israël pour toute mission de protection et de défense du pays. L’occupation des terrritoires et l’oppression d’un peuple ne sont pas au service de cet objectif: nous n’y participerons pas.

En Janvier 2002, cinquante deux soldats et officiers de- réserve israéliens signent un appel dans lequel ils déclarent refuser de servir au delà des frontières de 1967. Malgré l’aggravation de la situation au Proche-Orient et le raidissement qu’elle suscite au sein de la société israélienne, cette déclaration a recueilli aujourd’hui 430 signatures. 34 des pétitionnaires sont actuellement en prison.

Share This