2002 – RAPPORT ANNUEL – International – Nigéria

Sauver Safya de la lapidation au Nigéria 

 février

Il se confirme que Safya Husseini Tungar-Tudu vient d’être condamnée à mort au Nigéria pour « être restée enceinte sans avoir de mari », condamnation sans surprise dans un pays où la loi islamique et la loi civile ne font qu’un.

Il n’y a pas que l’Afghanistan dans cette situation … et bien d’autres femmes, de par le monde, doivent cacher leur grossesse et donc avorter pour ne pas risquer la mort.

La « chance » de Safya est qu’elle ne va pas mourir, elle, en inconnue : on peut mobiliser pour elle, elle a encore une “chance” : nous tous.

Safya a choisi de donner la vie au risque de perdre la sienne, ou plutôt sachant qu’elle ne pouvait que la perdre !

Actuellement, elle est enfermée dans sa maison où elle allaitera son bébé quelques semaines avant d’être exécutée.

Au Nigéria, l’exécution de tels cas est « exemplaire » : si nous ne faisons rien, Safya sera enterrée à mi-corps dans une fosse, puis lapidée à mort par les habitants de son village.

En Afghanistan, le nouveau pouvoir est plus généreux, car on ne lapide plus dans les stades ou sur les places publiques et on utilise des pierres plus petites pour « laisser une chance » aux coupables de courir et de se sauver !

Dans moins d’un mois, resterons-nous, de loin, en pensée et en prière, au bord de la fosse de Safya, à imaginer sa lapidation, sans même pouvoir tenter de courir ? Ou ferons-nous tout pour oublier ? Ou nous réjouirons-nous d’apprendre qu’elle a été libérée à la suite de toutes nos démarches ?

Une chaîne de protestation a déjà commencé auprès des ambassades nigérianes dans le monde, grâce à internet. Rejoignons-la ! Demandons l’acquittement de Safya Husseini Tungar-Tudu auprès des ambassades du Nigéria.

 

Appel signé par la LDH.

 

Share This