2002 – RAPPORT ANNUEL – Commission islam et laïcité

Cette commission a été créée en février 1997 à l’initiative de la Ligue de l’enseignement et était plus particulièrement suivie et animée par Michel Morineau. Elle relève d’une démarche originale ayant pour but de rassembler autour d’une même table, sans souci de représentation institutionnelle, des musulmans, des catholiques, des juifs, des agnostiques et des athées, afin de discuter librement de la place de l’islam en France et de ses relations avec les institutions.

Groupe d’étude et de réflexion, constitué d’acteurs nationaux ou locaux, de responsables d’organisations laïques ou religieuses, de chercheurs, d’intellectuels, etc., la commission a voulu analyser les enjeux de la présence musulmane en France, donner à comprendre la nature des obstacles qui se dressent devant l’intégration politique et culturelle des individus et des groupes issus de l’immigration et de confession musulmane, travailler à cette intégration (sur le plan philosophique, politique et du point de vue législatif), et lutter contre l’islamophobie.

Tout en cherchant à connaître et à analyser l’islam, les objectifs de la commission étaient surtout d’agir sur l’opinion publique par un travail de terrain mené avec des interlocuteurs sociaux divers. Montrer que l’islam, devenu la seconde religion en France, doit s’inscrire dans la République, tout en demandant à la République de prendre en compte les demandes spécifiques et légitimes des groupes et des individus se réclamant de l’islam. La commission s’est notamment distinguée par un certain nombre d’analyses publiées et de rencontres publiques.

Prenant acte du nouveau climat politique qui prévaut depuis le 11 septembre 2001, accentué par les récents événements politiques et militaires, se traduit par une mise en accusation de l’islam ; prenant acte d’une confusion des termes et des grilles d’analyse ; prenant acte du désir des différents membres de la commission de renouveler sa composition (une quarantaine de membres), de développer le travail mené jusqu’à présent, de l’inscrire dans une continuité, la commission, qui poursuit depuis l’année 2001 son travail sous l’égide de la LDH et du Monde diplomatique, souhaite affiner et étendre ce travail, qu’elle estime plus nécessaire que jamais.

Ses objectifs :
– réfléchir sur l’organisation de l’islam en France et agir auprès des autorités, lutter contre les discriminations, faire évoluer les mentalités et s’inscrire dans le débat public en France ; c’est-à-dire débattre notamment des différentes questions liées à la citoyenneté – atteintes à la citoyenneté, construction de mosquées, nationalité, discriminations, etc. – et clarifier différentes notions telles  qu’immigration, Islam, citoyenneté…
– élargir le nombre de ses interlocuteurs, (notamment dans les milieux de l’enseignement, en examinant, par exemple, la question des contenus scolaires primaire et secondaire, la question de la formation des professeurs dans le cadre des IUFM) : éducateurs, élus, représentants d’associations, etc.
– basée à Paris, la commission souhaite faire connaître son travail dans les régions, y étendre le nombre de ses interlocuteurs, y organiser des réunions et des rencontres publiques.
Elle souhaite également prolonger son travail de recherche sur la place et le traitement de l’islam dans les divers pays européens, envisageant même, à plus long terme, des rencontres européennes.

Share This