Jean-Marc Rouillan condamné à huit mois de prison pour « empathie » : une atteinte à la liberté d’expression

Communiqué LDH

Comme il était à craindre, Jean-Marc Rouillan a été condamné à huit mois d’emprisonnement suite à ses propos portant sur les terroristes du 13 novembre pour le mensuel satirique marseillais Le Ravi,en février dernier, au prétexte qu’il aurait « fait preuve d’empathie à l’égard des auteurs des attentats qui ont frappé le territoire français en janvier et en novembre 2015 […] ».

La Ligue des droits de l’Homme, qui avait déjà alerté sur cette situation, dénonce cette condamnation de propos qui relèvent de la liberté d’opinion. Elle s’élève contre les dérives qui consisteraient à ce que les juges, à l’occasion notamment du transfert de l’infraction d’apologie du terrorisme dans le Code pénal, s’instaurent en police de l’opinion, portant ainsi des atteintes graves à la liberté d’expression.

 

Paris, le 8 septembre 2016

Share This