Tunisie : halte à la dérive raciste et sécuritaire, non au discours haineux prôné par les plus hautes autorités tunisiennes !

Communiqué commun dont la LDH est signataire

Secouée par une dérive autoritaire sans précédent, la Tunisie vient de franchir un nouveau pas dans l’inadmissible : l’adoption par le chef de l’Etat et le conseil national de la sécurité d’une série de mesures découlant directement de thèses racistes et xénophobes qui visent les migrant-e-s subsaharien-ne-s.

Les déclarations officielles au plus haut niveau viennent ainsi conforter dans un élan populiste qui tient lieu de ligne politique une campagne haineuse qui est menée depuis un certain temps et qui risque d’ébranler le tissu social et une population déjà fortement malmenée par les conséquences des crises socio-économiques.

Cette dérive raciste, déclenchée par une minorité, est un coup porté aux aspirations de la révolution fondée, faut-il le rappeler, sur les valeurs de liberté, de justice, d’égalité et de dignité.

Portée dans un premier temps par quelques groupes et relayés par certaines pages des réseaux sociaux proches du pouvoir tunisien, cette campagne reprend à son compte les pires travers des idéologies et des thématiques prônées par les mouvements identitaires et d’extrême-droite en Europe et aux Etats-Unis. En effet, outre le fait qu’ils exigent l’expulsion des migrant-e-s subsaharien-ne-s, les initiateurs de cette campagne reprennent à leur compte la thèse xénophobe du « grand remplacement ». Ces derniers n’hésitent même plus à demander l’abrogation de la loi criminalisant les actes, propos et discriminations racistes, loi adoptée le 23 octobre 2018.

Nous, Tunisien-ne-s vivant à l’étranger qui, à un moment ou un autre de notre parcours dans les pays d’accueil, avons été confronté-e-s aux discours xénophobes et actes racistes, pouvant même parfois aller jusqu’à l’assassinat, nous ne pouvons admettre qu’en Tunisie se diffusent et se banalisent aussi facilement des discours haineux et racistes.

Nous comptons sur la solidarité active de toutes celles et tous ceux qui ont toujours lutté contre le racisme et la xénophobie et les appelons à faire barrage avec nous à cette ignominie et à nous aider dans notre combat pour une Tunisie libre, démocratique et accueillante.

Nous exigeons :

-l’arrêt des poursuites et arrestations arbitraires contre les migrant-e-s subsaharien-ne-s ;

-la libération immédiate des migrant-e-s arrêté-e-s ;

-la dénonciation des propos et actes racistes et l’application de la loi 2018-50  (anti raciste) du 23 octobre 2018.

Nous appelons tous les démocrates et la société civile en Tunisie à condamner sans réserve ce nouveau discours officiel étranger à notre histoire et à notre culture et ces campagnes haineuses et xénophobes.

Nous les exhortons à manifester leur solidarité active aux migrant-e-s subsaharien-ne-s.

Nous appelons les Tunisien-ne-s en France et à l’étranger à dénoncer activement le racisme et la xénophobie dans notre pays.

Nous appelons tous les démocrates en France et en Europe au soutien et à la solidarité.

Le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit ! Il doit être combattu !

Manifestation de soutien aux migrant-e-s subsaharien-ne-s en Tunisie le vendredi 3 mars 2023 de 17h à 19h, devant l’ambassade de Tunisie à Paris, place André Tardieu 75007 (Métro Saint Francois Xavier, ligne 13).

 

Premiers signataires :

  • Comité pour le respect des libertés et des droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT)
  • Association démocratique des tunisiens en France (ADTF)
  • Association des tunisiens en France (ATF)
  • Collectif 3C
  • Fédération des Tunisiens citoyens des deux rives (FTCR)
  • Le Pont de Genève – Suisse
  • Uni’T Tunisie
  • Union des travailleurs immigrés tunisiens (UTIT)
  • Courant démocratique France-Nord
  • El Jomhouri France
  • El Massar France
  • Parti des travailleurs-section France

 

Soutiens

Associations

  • Agir pour le changement et la démocratie en Algérie (ACDA)
  • Assemblée des citoyens originaires de Turquie (ACORT)
  • Association Femmes plurielles (FP)
  • Association des Marocains en France (AMF)
  • Association de défense des droits de l’Homme au Maroc (ASDHOM)
  • Association des travailleurs maghrébins de France (ATMF)
  • Association de taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne (ATTAC)
  • Cedtim / IPAM
  • CIBELE ( Ile de France)
  • Coalition internationale des sans-papiers et migrants (CISPM)
  • Collectif des sans-papiers CS P75
  • CORENS (Hauts de France)
  • Europe solidaire sans frontières (ESSF)
  • Fondation Frantz Fanon
  • Forum Palestine citoyenneté
  • Groupe d’information et de soutien des immigré-es (Gisti)
  • LDH (Ligue des droits de l’Homme)
  • Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP)
  • NECFA, échanges franco-algérien (Paris)
  • Réseau féministe « Ruptures »
  • Riposte internationale
  • Solidarité internationale LGBTQI+.
  • SOS Racisme
  • Union juive française pour la paix (UJFP)

Syndicats

  • Confédération française démocratique du travail (CFDT)
  • Fédération des syndicats unifiés (FSU)
  • Union syndicale Solidaires

Partis

  • Ensemble
  • Europe écologie les verts (EELV)
  • Pour une écologie populaire et sociale (PEPS)
  • La France insoumise (LFI)
  • Mouvement des progressistes (MDP)
  • Nouveau parti anticapitaliste (NPA)
  • Parti communiste français (PCF)
  • Parti communiste des ouvriers de France (PCOF)

Paris, le 28 février 2023

 


Suivez-nous sur :
Share This
Soutenez les combats de la LDH

Les droits et les libertés ça n’a pas de prix, mais les défendre a un coût.