Lettre ouverte de positionnement sur le Service national universel (SNU) et ses conditions de généralisation

Lettre ouverte commune signée par la LDH et adressée au président de la République, Emmanuel Macron

Monsieur le Président de la République,

Nous avions sollicité une audience relative au Service national universel (SNU), en novembre 2022. Notre demande d’entrevue étant restée sans suite, nous vous adressons cette lettre ouverte pour faire connaître notre positionnement sur le SNU et ses conditions de généralisation.

Lors de vos vœux adressés à la Nation vous avez annoncé « poser les premiers jalons du Service national universel ». La forme actuelle du dispositif veut mobiliser les jeunesses face à une nation supposée en danger avec la possibilité de formater, contrôler et militariser les jeunes. Attachées à la philosophie et aux pratiques de l’éducation populaire, les organisations signataires refusent toute forme descendante et autoritaire de pédagogies et de dispositifs qui contredisent une volonté émancipatrice et responsable.

Nous considérons que l’engagement doit rester entièrement choisi. Ceci pour garantir un égal accès à l’insertion dans la vie sociale pour tous les jeunes et un engagement citoyen qui ne soit pas soumis à une contrainte.

D’autre part, à l’heure où l’on manque d’animateur-ices pour permettre aux enfants de partir en accueil de loisirs et colonies de vacances, nous ne pouvons pas créer une concurrence avec le dispositif SNU.

Par ailleurs, à travers notre proposition « Jeunesse citoyenneté émancipation », nous souhaitons sortir de l’éparpillement des dispositifs, pour aller vers une politique de jeunesse transversale, ambitieuse et émancipatrice. Nous préférons que le budget alloué au SNU soit réorienté vers des propositions d’engagements citoyens dont certains sont déjà portés par nos structures, et qu’elles puissent s’organiser sous une forme de « parcours citoyen », parcours dans lequel se retrouveraient des engagements dans et hors de l’école (élève délégué, service civique, Bafa…)

De plus, depuis sa mise en œuvre, les jeunes représenté-es par les organisations de jeunesses n’ont pas directement été consultés sur le dispositif. Les premiers concerné-es par une politique publique d’ampleur telle le Service national universel ont pourtant des propositions pertinentes à faire.

Nous restons à votre disposition pour vous les présenter dans le détail. 

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le président de la République, l’expression de nos salutations respectueuses.

 

Les organisations signataires « Jeunesses citoyenneté émancipation » :

Françoise Sturbaut, présidente de la Ligue de l’Enseignement ; Nelly Vallance, présidente du Mouvement Rural de Jeunesse Chrétienne ; Patrick Baudouin, président de la LDH (Ligue des droits de l’Homme) ; Anne-Marie Harster, Présidente de Solidarité Laïque ; Ephram Strzalka-Beloeil, coresponsable du Forum Français de la Jeunesse ; Noélie Henry, présidente des Eclaireuses Eclaireurs de France ; Tarik Touahria, président de la Fédération des Centres sociaux et socioculturels de France ; Elsa Dahan, présidente de l’association ConcordiaYann Renault, Arnaud Tiercelin, Lucie Bozonnet, co-président-es du CNAJEP ; Chloé Corvée, présidente de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne ; Frédéric Marchand, secrétaire général de l’UNSA Education ; Christian Eyschen, secrétaire général de la Libre Pensée ; Philippe Mérieu, président des CEMEA ; Christophe Gaydier, président d’Animafac ; Imane Ouelhadj, présidente de l’UNEF ; Etienne Matignon, président de la FAGE ; Nathalie Monteiro et Véronique Marchand, co-présidentes de la Confédération Nationale des Foyers Ruraux ; Suzanne Chevrel, présidente des Eclaireuses et Eclaireurs Unionistes de France

Paris le 18 janvier 2023

Télécharger la lettre ouverte commune adressée à Emmanuel Macron.eté Emancipation


 S’inscrire à la lettre d’information

   
Share This
Soutenez les combats de la LDH

Les droits et les libertés ça n’a pas de prix, mais les défendre a un coût.