Nouvelles agressions inacceptables de l’extrême droite contre la liberté associative

Communiqué LDH

Ce week-end, la section du Pays Soissonnais de la LDH était invitée par ses organisateurs associatifs à participer au festival culturel et francophone « Festidklé » à Villers-Cotterêts (Aisne). Elle devait présenter ses actions d’alphabétisation et animer un stand de cuisine du monde, dans le cadre des missions de solidarité internationale et de lutte contre le racisme de la LDH.

Mais le maire du Rassemblement national (RN), Franck Briffaut, en a décidé autrement. Alors qu’il visitait samedi les exposants, à la stupeur générale, il a fait expulser par la police municipale le stand de la LDH qu’il refusait de voir présente dans cette manifestation privée accueillie dans sa ville.

Rappelant la fermeture du local de la section d’Hénin-Beaumont par le maire FN, Steeve Briois, nouvellement élu en 2014, la LDH dénonce à nouveau cette grave atteinte à la liberté associative et à la liberté d’expression dans une ville dirigée par l’extrême droite.

Toujours dans les Hauts-de-France, territoire d’élection de Marine Le Pen, début juin, un dirigeant du collectif d’extrême droite « Theusz », soutien notoire du RN, agressait violemment à leur domicile une militante de l’Association des amis de Robespierre d’Arras (ARBR) ainsi que sa mère âgée.

Cette attaque avait été annoncée dans une vidéo qui menaçait d’actions « radicales » les membres de cette association culturelle.

La LDH tient à exprimer sa pleine solidarité aux deux victimes de cette lâche agression ainsi qu’à l’association ARBR. A côté de la plainte déposée par les victimes, la LDH saisira le préfet et le procureur de la République sur les suites à donner aux agissements violents de cette organisation porteuse de haine, qui ne supporte ni la liberté d’expression, ni la liberté d’association.

A la veille d’élections législatives pour lesquelles les candidats du RN et de ses alliés avancent partout masqués sur leurs réelles intentions, la LDH alerte sur le vrai visage de l’extrême droite, avec ces deux illustrations, par les actes de sa vision anti républicaine et de son idéologie de censure, allant jusqu’aux actions physiques, de toute expression ou opinion contraire aux leurs.

Paris, le 8 juin 2022

Télécharger le communiqué “Nouvelles agressions inacceptables de l’extrême droite contre la liberté associative” en format PDF

Share This