Nous, syndicats, associations, appelons à ne pas promulguer la loi Immigration et à continuer la mobilisation

Appel de 45 organisations dont la LDH

Nous, associations, syndicats, membres de la société civile, nous sommes réuni-es mercredi 20 décembre au lendemain du vote de la loi pour “contrôler l’immigration, améliorer l’intégration” face au point de bascule qu’elle constitue pour nos principes républicains comme pour la vie des personnes étrangères et de l’ensemble des habitants de notre pays, salarié-es, travailleuses et travailleurs sociaux, agent-es du service public, bénévoles, universités et entreprises qui seraient confronté-es aux désordres provoqués par cette loi.

Rassemblé-es par nos valeurs communes de solidarité, de fraternité et d’égalité, nous ne pouvons accepter de voir le gouvernement et le Président de la République endosser une part conséquente du programme historique de l’extrême droite : préférence nationale, remise en cause du droit du sol, déchéance de nationalité, criminalisation des personnes sans-papiers, limitations du droit à vivre en famille… Nous sommes consterné·es qu’une idéologie funeste l’ait emporté sur les faits, que les fantasmes aient triomphé sur la réalité des dynamiques migratoires.

Alors que notre pays est traversé de multiples fractures, nous dénonçons un texte qui tourne le dos aux forces de la société et va remettre en cause la garantie de droits fondamentaux et les libertés publiques, appauvrir des personnes déjà vulnérables, en les privant notamment d’aides au logement, à l’autonomie ou d’allocations familiales, remettre en question l’inconditionnalité de l’hébergement d’urgence, durcir l’accès aux titres de séjour, refuser un cadre clair de régularisation des travailleurs et travailleuses sans papiers et qui contribuera à stigmatiser davantage toute personnes d’origine immigrée et toute personne étrangère.

Nous ne sommes pas dupes des discours qui n’assument pas la réalité du contenu de cette loi et qui visent à en maquiller les conséquences pour les étrangers en France, mais aussi pour toute la population.

C’est bien un tournant que connaît notre République depuis mardi 19 décembre au soir. Mais le président de la République a encore, entre ses mains, la capacité d’interrompre cette marche funeste. C’est pourquoi nous lui demandons solennellement de prendre la mesure de l’ampleur du désordre et de la crise sociale et démocratique que cette loi viendrait aggraver et de surseoir à sa promulgation.

Nous sommes et resterons déterminés à défendre un autre modèle de société, loin du rejet et de la haine de l’autre. Nous entendons poursuivre cette mobilisation avec toutes les forces de la société qui s’expriment d’ores et déjà dans les collectivités locales, les universités, les entreprises et dans toute la société civile.

Nous nous retrouverons à nouveau dès la rentrée, le 11 janvier, pour poursuivre cette dynamique de rassemblement, demander au président de la République de surseoir à la promulgation de la loi, intensifier et élargir la mobilisation contre ce texte et son idéologie.

Paris, le 22 décembre 2023

Signataires : ATTAC, Anafé, ANVITA, Bibliothèques Sans Frontières, CEMEA France, Cimade, CFDT, CGT, CNAJEP, Droits d’urgence, Emmaüs France, Emmaüs Solidarité, Fédération des Acteurs de la Solidarité, Fédération de l’entraide protestante, Femmes de la Terre, Femmes Egalité, Fondation Abbé Pierre, France Terre d’Asile, Futbol Mas France, FSU, Groupe Accueil et Solidarité, JRS France, LDH (Ligue des droits de l’Homme), Ligue de l’Enseignement, MADERA, Médecins du Monde, MRAP, Observatoire international des prisons, Oxfam France, Pantin solidaire, Paris d’Exil, Patrons solidaires, Polaris 14, Samu Social de Paris, Secours Catholique, SINGA, Solidarité Laïque, Solidaires, Solidarités Asie France, SOS Racisme, Thot, Union des Etudiants Exilés, UNIR – Universités & Réfugié.e.s, UNSA, Utopia 56, UNIOPSS

 


Suivez-nous sur :
Share This
Soutenez les combats de la LDH

Les droits et les libertés ça n’a pas de prix, mais les défendre a un coût.