Marche des fiertés lesbiennes, gaies, bi et trans

Confirmons les acquis, poursuivons ensemble l’action pour l’égalité des droits

Les résultats du 21 avril ont ébranlé la République. Un mouvement raciste et homophobe en a montré la fragilité, profitant d’un concours de circonstances et de la démobilisation de ceux qui pensaient – à tort – que les avancées obtenues étaient à jamais acquises.

Aujourd’hui plus encore qu’hier, l’égalité des droits nécessite l’engagement actif de tous les citoyens. L’indifférence, l’abstention, le désintérêt de la chose publique, du politique, ont laissé une place inacceptable à la haine, au rejet, au repli sur soi qui menacent chacun d’entre nous.

Les droits des homosexuels et des lesbiennes ont connu ces dernières années des avancées significatives :

  • meilleure acceptation publique de l’homosexualité,
  • protestations officielles du gouvernement français contre les condamnations ou exécutions d’homosexuels dans le monde (Égypte, Arabie Saoudite,…),
  • adoption du PACS,
  • lutte contre les discriminations en raison de l’orientation sexuelle, particulièrement au travail,
  • reconnaissance officielle des victimes homosexuelles du nazisme,…

Il nous faut préserver ces acquis et veiller à ce qu’ils ne soient pas remis en cause : la LDH restera d’autant plus vigilante que la nouvelle majorité s’est abstenue de prendre position sur ces sujets pendant la campagne électorale.

Par ailleurs, de nombreux progrès restent à accomplir dans le sens de l’acceptation généralisée de l’homosexualité, du transsexualisme et d’une véritable égalité. Trop nombreux sont encore les hommes et les femmes qui sont victimes de harcèlement, de violences, voire de mort, pour la simple raison de leur choix de vie.

La LDH, association généraliste de défense des droits, revendique :

  • des moyens de lutte contre toutes les discriminations fondées sur l’orientation ou l’identité sexuelle,
  • des campagnes d’information, de sensibilisation et de formation, sur l’homosexualité et la transsexualité, notamment dans le milieu scolaire,
  • l’application du PACS de manière égale sur l’ensemble du territoire français, particulièrement dans les TOM,
  • la pénalisation de l’homophobie,
  • l’ouverture du mariage aux couples homosexuels,
  • la possibilité pour les couples de même sexe d’accéder à l’adoption et la non discrimination envers les célibataires homosexuel(le)s,
  • un réel accompagnement médical des transsexuel(le)s afin d’offrir un suivi de qualité indispensable en raison des traumatismes physiques et psychiques quotidiens,
  • la réalisation d’un mémorial en souvenir des homosexuels victimes de persécutions durant la Seconde Guerre Mondiale,
  • le soutien des pouvoirs publics aux associations d’aide et de défense des droits des homosexuel(le)s et transsexuel(le)s,
  • l’accueil en France dans les procédures d’asile des victimes homosexuel(le)s ou transsexuel(le)s qui en font la demande,
  • une action diplomatique forte de la France au niveau européen et international pour le respect des droits fondamentaux des homosexuel(le)s et transsexuel(le)s partout dans le monde.

Parce que rien n’est jamais acquis, la Ligue des droits de l’Homme, avec ses militants et tous ses partenaires, poursuivra son engagement déterminé pour un réelle égalité des droits.

homosexuels, lesbiennes et transsexuel(le)s,
défendre et revendiquer vos droits est le combat de tous,
le combat de tous ceux qui se reconnaissent dans les valeurs de la démocratie

Paris, le 25 juin 2002

Share This