Lettre ouverte envoyé au Ministre de l’Intérieur Monsieur Nicolas Sarkozy

Monsieur Nicolas Sarkozy

Ministre de l’Intérieur

Ministère de l’Intérieur

Place Beauvau

75008 Paris

 

Paris, le 27 février 2003

 

Monsieur le Ministre,

 

L’Anafé – association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers – est extrêmement préoccupée par la situation actuelle d’un grand nombre d’étrangers maintenus dans la zone d’attente de l’aéroport Charles de Gaulle de Roissy et par le projet d’organiser des vols groupés pour désengorger cette zone. Je me permets par conséquent de solliciter un rendez-vous afin que nous puissions vous exposer directement nos préoccupations et recommandations sur ces questions.

 

Selon les visites effectuées en janvier et février dans la zone de Roissy par les représentants des associations membres de l’Anafé, la présence actuelle régulière de 400 à 500 étrangers empêche un nombre important d’entre eux d’être orientés vers les lieux d’hébergement dits « de type hôtelier ». Le 10 février, nous avions déjà attiré votre attention sur la situation d’une centaine de personnes confinées dans des locaux exigus, sans aération, sans lumière naturelle, sans accès immédiat à des sanitaires et souvent sans possibilité effective de communiquer avec l’extérieur, en particulier dans la « salle de correspondance » du sous-sol du terminal 2A et dans le local du poste de police du terminal 2F.

 

Nous vous demandions quelles mesures pouvaient être prises pour remédier à cette situation éprouvante pour les étrangers maintenus dans ces conditions et difficile pour les personnels qui travaillent dans ces lieux. Dans votre réponse du 13 février, vous annonciez diverses initiatives afin d’aboutir à un retour à la normale. Nous voudrions connaître aujourd’hui les mesures décidées à court terme.

 

Selon nos informations, des vols groupés auraient été envisagés afin de régler la situation provoquée par l’encombrement de cette zone d’attente. Le choix du vol groupé, au lieu des vols réguliers, pour refouler des étrangers non admis à la frontière nous inquiète au plus haut point car cette méthode empêche les personnes concernées de s’opposer à l’embarquement du fait de la présence d’un nombre important de policiers assurant leur escorte vers le lieu de destination.

Share This