Lettre ouverte du 20 janvier 2004 adressée à M. Fillon, Ministre des Affaires sociales au sujet des exilés du Xème arrondissement de Paris.

Collectif de soutien des exilés du Xème arrondissement de Paris
52, rue Chabrol, 75010 Paris
exiles10@rezo.net
http://pajol.eu.org/rubrique74.html 

Monsieur François Fillon
Ministre des Affaires sociales,
de l’emploi et de la solidarité
127, rue de Grenelle
75007 Paris

 

Lettre ouverte

Monsieur le Ministre,
Depuis la fermeture du camp de Sangatte à la fin de l’année 2002, des exilés – Afghans, Irakiens, Iraniens, Kurdes ou Soudanais – errent dans les rues de Paris, de Calais et d’autres villes françaises. Compte tenu de l’inhospitalité qui leur est opposée, ils s’interrogent : resteront-ils en France ? y solliciteront-ils éventuellement l’asile ? ou poursuivront-ils leur errance à travers l’Europe à la recherche de cieux moins hostiles ?

Ce sont des étrangers qui ont fui des pays en conflit ou politiquement instables, dans lesquels les droits humains sont bafoués. Pour la plupart, ils ont franchi de nombreuses frontières et parcouru de nombreux pays, les uns non communautaires, les autres membres de l’Union européenne. Leur accueil n’y a pas été meilleur qu’en France. Aucun des Etats qu’ils ont traversés n’a jusqu’ici offert à ceux d’entre eux qui cherchent une protection les conditions de dignité et de confiance qui auraient pu les convaincre de solliciter l’asile.

A cela s’ajoutent les effets du règlement européen Dublin 2. Ce texte prévoit, d’une part, que l’Etat-membre par lequel un étranger pénètre dans l’Union est, sauf exceptions, celui qui devra examiner sa demande d’asile ; il prévoit, d’autre part, que sa décision vaut pour l’ensemble de l’Union. Appliquée dans un climat général d’indifférence voire d’hostilité, d’absence d’informations et de rejet massif des demandes d’asile, cette règle dissuade les exilés de prendre le risque de signaler leur présence. Elle les conduit ainsi à l’errance, à la furtivité et à la misère.

Ballottés d’un pays à l’autre, les exilés qui ont trouvé refuge aux alentours de la gare de l’Est, dans le Xème arrondissement de Paris, sont le symbole de l’absurdité et de l’inadaptation de la politique européenne en matière d’accueil et d’asile. Ces politiques inadéquates, au niveau européen et national, vont à l’encontre des textes de référence relatifs aux droits de l’homme.

Depuis le mois de mars dernier, le Collectif de soutien des exilés du Xème arrondissement de Paris demande vainement aux pouvoirs publics d’agir, tout particulièrement au ministère des Affaires sociales, de l’emploi et de la solidarité, dont vous avez la responsabilité. Vos attributions vous permettent, en effet, de définir les conditions d’accueil, d’hébergement, d’information, de santé des étrangers primo-arrivants. La seule amélioration de ces conditions ne pourra pas suffire à assainir complètement la situation. Elle pourrait au moins permettre aux exilés de choisir leur avenir à partir d’une connaissance des possibilités qui leur sont ouvertes dans des conditions matérielles respectueuses de leur dignité.

Nous vous avons explicitement demandé dans ce but :

1) de faire en sorte que tous les demandeurs d’asile qui en éprouvent le besoin bénéficient d’un accueil dans les seuls centres spécialisés en la matière, à savoir des CADA (centres d’accueil des demandeurs d’asile).

2) d’ouvrir des centres d’accueil et d’information aux étrangers primo-arrivants, destinés à leur assurer une étape dans des conditions satisfaisantes de dignité au terme de laquelle ils choisiraient leur avenir.

Depuis plusieurs semaines, ces revendications de bon sens reçoivent le soutien d’organisations de plus en plus nombreuses. Des associations (Act Up-Paris, AGECA, Autre Monde, CICP, France Libertés, Gisti, Médecins du Monde, MRAP), des formations politiques (les Alternatifs, de nombreuses sections parisiennes du PCF, les Verts) et des paroisses (Bon Pasteur, Saint-Merri, Saint-Jean-Baptiste-de-Belleville, Saint-Hippolyte) ont ouvert leurs locaux pour une ou plusieurs nuits aux exilés. D’autres organisations s’apprêtent à se joindre à ce mouvement.

A nos propositions, qui nous semblent mériter une réflexion élargie à de nombreuses organisations qui s’intéressent à l’immigration et à l’asile, votre ministère a répondu par la désignation d’un opérateur – France Terre d’asile – qui a proposé une « plate-forme de transit » pour les demandeurs d’asile de Paris. Si cette plate-forme répond partiellement à notre première question, elle ignore totalement la deuxième.

Sur cette dernière question, votre ministère, la mairie de Paris, celle du Xème arrondissement, la DDASS de Paris ont apporté une réponse insuffisante et insatisfaisante avec la seule mise à disposition de quelques dizaines de places isolées dans des centres d’hébergement d’urgence. De toute évidence, ce geste est qualitativement et même quantitativement inadapté aux besoins des exilés. De plus, de l’aveu même de la DDASS de Paris, il conduit à l’exclusion d’autres sans domicile fixe en raison de la pénurie de lits, y compris par grand froid.

Notre Collectif vous demande l’ouverture rapide de lieux d’accueil, d’information et d’accompagnement spécifiques parce que la nature des exilés requiert, outre l’hébergement, la mise à disposition de compétences particulières. Il va de soi que ces lieux ne sauraient ni de près ni de loin s’apparenter au camp de Sangatte, qui fut une détestable tentative de parquer les exilés dans l’espoir voué à l’échec de les dissimuler.

Espérant que vous admettrez le bien-fondé de nos requêtes, nous sollicitons à nouveau, comme nous l’avons fait lors de la conférence de presse du 15 décembre dernier, un entretien urgent avec vous de façon à compléter votre information et à trouver une solution à cette situation.

C’est dans cet espoir que nous vous prions, Monsieur le Ministre, de recevoir l’expression de nos salutations distinguées

Pour le Collectif de soutien,
Catherine Bourgain

avec les organisations suivantes : Acort (Assemblée citoyenne des originaires de Turquie), Agir dans le Xe, Alternative libertaire, les Alternatifs, AMF (Association des Marocains de France), Amnesty International (section française), ATF (Association des Tunisiens de France), ATMF (Association des travailleurs maghrébins en France), Attac 9e/10e, Autremonde, Cimade, C’SUR (Collectif de soutien d’urgence aux réfugiés, Calais), DAL (Droit au logement), Droits devant ! !, FASTI (Fédération des associations de solidarité avec les travailleurs immigrés), France Libertés, FTCR (Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives), G10 Solidaires, LCR, LDH (Ligue des droits de l’homme), Malakurd, MRAP, PCF, Réseau Chrétiens- Immigrés, SNPM (Service National de la Pastorale des Migrants), Sud Education, les Verts

Paris, le 20 janvier 2004.

Share This