Campagnes d’alerte sur les pratiques de sportswashing du Royaume de Bahreïn

Lettre ouverte à David Lappartient, président de l’Union cycliste internationale (UCI), à l’initiative de Americans for democracy & human rights in Bahrain et signée par la LDH

Monsieur le Président David Lappartient,

J’ai l’honneur de vous écrire au nom du Bureau parisien de Americans for democracy & human rights in Bahrain (ADHRB), une ONG internationale à but non-lucratif, disposant d’un statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social des Nations Unies. Notre mission consiste à veiller à la défense des droits humains dans les pays de la Péninsule arabique, notamment en soutenant le personnel politique français dans cette tâche.

Les organisations partenaires et nous-mêmes, menons depuis plusieurs mois des campagnes d’alerte sur les pratiques de sportswashing du Royaume de Bahreïn.

La victoire de l’équipe Bahrain-Victorious au Tour de France 2021 apporte une image positive du gouvernement de Bahreïn. Cependant, la participation de cette équipe financée par Bahreïn est problématique pour de nombreuses raisons.

L’équipe a été mise en place par le Sheik Nasser Al Khalifa, fils du roi Hamad et l’une des figures emblématiques de la répression des mouvements démocratiques des Printemps arabes en 2011. Le Prince Nasser a été accusé et reconnu responsable d’être personnellement impliqué dans des actes de torture. Il a aussi requis des sanctions contre toute personne qui s’opposerait à la famille royale.

En 2016, le prince a créé l’équipe Bahrain-Victorious et depuis, l’équipe brille dans ses participations aux circuits majeurs. Néanmoins, ces victoires ne doivent pas éclipser les violations des droits humains, et c’est ce qui nous inquiète.

La torture est encore une pratique courante dans le royaume, sous le contrôle de la famille royale. Les opposants politiques et critiques du pouvoir, sont soumis à de grandes restrictions de leurs droits et sont détenus dans des conditions dramatiques.

De plus, dix ans après les mouvements démocratiques des Printemps arabes à Bahreïn, la situation des droits humains continue de se dégrader dans le royaume. Cela se traduit notamment avec des arrestations arbitraires, l’application de la peine de mort, la poursuite et le harcèlement de défenseurs des droits humains, ainsi que par le déni des droits civils et politiques et des libertés d’association, de réunion et d’expression. Les peines de mort prononcées à l’encontre des opposants politiques et des défenseurs des droits humains, comme Mohammed Ramadan et Husain Ali Moosa, sont maintenues par la famille royale Al Khalifa.

La position du Sheik Nasser dans la famille royale et dans l’organisation de l’équipe cycliste contrevient selon les organisations aux devoirs de non-discrimination et de neutralité. La famille royale est aussi directement impliquée dans la répression violente de mouvements démocratiques à Bahreïn, notamment par l’arrestation et la détention arbitraire de mineurs.

Les ONG questionnent la partialité de l’UCI et des comités d’organisation envers les équipes cyclistes sponsorisées par des pays et des compagnies ne respectant pas les droits humains. Nous vous demandons de revoir la participation de ces équipes et la mise en avant de pays comme Bahreïn et les Emirats Arabes Unis, sans tenir compte des procédés de dissimulations de crimes envers leurs populations et les populations extérieures.

En ce sens, nous serions disposés à vous rencontrer afin de pouvoir davantage échanger sur les problèmes que nous avons précédemment exposés.

Signataires : Americans for democracy and human rights – Bureau parisien ; Avocats sans frontières France ; Ligue des droits de l’Homme (LDH) ; Ensemble contre la peine de mort ; Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme.

Le 30 septembre 2021

Télécharger la lettre ouverte commune campagnes d’alerte sur les pratiques de sportswashing du Royaume de Bahreïn en PDF

 

Share This