La LDH soutient le film « Enseignez à vivre », d’Abraham Segal

Sortie  le 13 décembre

Se plaçant d’emblée sous l’égide de Platon, « Pour enseigner, il faut de l’Eros (amour) » tant pour ce que l’on enseigne que pour ses élèves, et de Rousseau, qui fait dire au précepteur de l’Emile, à propos de son élève, « Je veux lui enseigner à vivre », Edgar Morin ouvre ce documentaire qui veut mettre en perspective la pensée du philosophe-sociologue et des pratiques innovantes dans cinq établissements publics français.

Ce documentaire nous plonge au sein de ces différents établissements, en donnant la parole tant aux élèves qu’aux professeur-e-s et ponctué de manière régulière par des interventions d’Edgar Morin ou d’échanges qu’il a, en situation, avec les uns et les autres : cours, ateliers manuels ou de création artistique, projets, moments de vie collective au cours de réunions ou dans des endroits conviviaux, qui sont analysés, commentés par les uns et les autres.

Premier établissement : le lycée d’excellence Edgar Morin, à Douai, qui, précise son proviseur, accueille des élèves de quartiers modestes, voire sensibles, qui souhaitent avoir de meilleures conditions pour travailler. Trois autres établissements, à Paris ou dans la région parisienne, sont destinés à accueillir des élèves « décrocheurs », qui ont quitté la scolarité mais veulent y revenir : Le Pôle innovant lycée (Pil) situé au sein du lycée professionnel Ponticelli dans le 13e arrondissement, le micro lycée de Vitry sur Seine, le lycée autogéré de Paris (Lap) dans le 15e arrondissement. Nous découvrons aussi l’école Decroly, à Saint-Mandé, ouvert aux élèves depuis la maternelle jusqu’à la fin du collège.

Qualité de l’accueil, professeur-e-s attentif-ve-s, voire passionné-e-s, qui ne regardent pas les élèves comme un dossier, un numéro, mais dans leur globalité, respect réciproque, apprentissage de la vie en société, ouverture sur le monde, découverte de soi-même, dans un lieu de liberté, de créativité, de responsabilité… tel est l’avis des lycéen-ne-s des établissements concernés. « J’ai repris pied, j’ai réappris à vivre » dit un élève du Pil, « C’est ici que j’ai démarré ma véritable vie » assure un élève du Pal.

Un plaisir de transmettre évident, la pratique de l’interdisciplinarité, le souci d’enseigner à partir d’actions concrètes, de permettre aux jeunes de s’épanouir dans les savoirs mais aussi dans la vie sociale, de découvrir des possibles qui ne l’étaient pas, ou plus, un investissement dans la vie de l’établissement… sont partagés par tous les professeur-e-s concerné-e-s.

Quelques exemples concrets : Au Pil, les lycéen-e-s réparent des vélos qui sont ensuite vendus au profit de la coopérative, et des ordinateurs qui seront envoyés au Maroc ; en chimie, ils-elles travaillent sur le moyen de rendre potable une eau polluée, dans le cadre d’une prochaine mission au Nicaragua.

Au lycée Edgar Morin, avec les professeur-e-s de géographie et de sociologie, une classe prépare un voyage à Paris, puis s’y rend. La découverte du quartier de la Goutte d’Or est, pour eux, une expérience marquante : « Rien à voir avec ce que disent les media », précise une élève, « nous y avons rencontré des gens accueillants, souriants ». Ils-elles y visitent l’église St Bernard, où le responsable des sans-papiers de 1996 et un abbé parlent, eux aussi, un langage différent de celui des media, et découvrent avec Edgar Morin la bibliothèque Sainte Geneviève… Autant de projets et de découvertes qui les façonnent d’une manière originale, indélébile.

La présence, dans ce documentaire, de l’école Decroly est un peu à part : on y retrouve, bien-sûr, les mêmes engagements passionnés des enseignant-e-s, une approche globale de l’enfant. Mais nous n’avons pas affaire à des élèves en difficulté. Sans doute, si tous les enfants étaient pris en charge de cette manière depuis leur plus jeune âge, les problèmes de « décrochage » seraient-ils beaucoup moins répandus…

« Nous avons choisi de filmer dans ces établissements-là en montrant que l’on peut refonder l’école publique et donner également des nouvelles chances aux laissés pour compte de l’enseignement traditionnel » précise le réalisateur.

Film d’espoir, son documentaire peut donner lieu à des débats passionnants.

 

Enseignez à vivre

Film documentaire d’Abraham Segal avec Edgar Morin.

Distribution : JHR Films

 

Share This