La LDH soutient le film documentaire « Derrière les fronts », de Alexandra Dols

Sortie le 8 novembre 2017

Ce film documentaire a pour thématique les conséquences psychologiques de l’occupation ainsi que les outils de résilience et de résistances mis en place par les Palestiniens pour y faire face. Il a pour personnage central la psychiatre, psychothérapeute et écrivaine palestinienne, Samah Jabr. Son précieux témoignage, qui structure le film, est ponctué par des extraits de chroniques, des interviews de femmes et d’hommes qui partagent leurs histoires, leurs actes de résilience, de résistance.

En préambule, la réalisatrice explique qu’ayant consacré un film Moudjahidate, à l’ engagement de femmes dans la lutte pour l’Indépendance de l’Algérie au sein du FLN-ALN, elle a été mise en contact avec les chroniques réalisées par Samah.

Elle nous propose un film sur les conséquences invisibles de la colonisation : l’occupation intime, celle de l’espace mental. Espace où l’équilibre, l’estime de soi, le moral et l’âme deviennent des lieux de lutte, de résilience et de résistance. Dans l’héritage du psychiatre anticolonialiste, le Dr Frantz Fanon, Samah Jabr tisse des liens entre libération personnelle, psychologique et libération nationale, collective. Son approche, au carrefour du psychologique et du politique, identifie des symptômes développés sous occupation et souligne les liens entre résistance et résilience, face à celle-ci.

Derrière les fronts, propose un cheminement dans nos esprits et sur les routes de Palestine, en sa compagnie. Dans ce film aux multiples voix, des extraits de chroniques, d’interviews et d’échappées poétiques au long des rues et paysages palestiniens nous font ressentir ce que représente l’occupation au quotidien, les humiliations, l’étouffement. Parce que la colonisation au quotidien n’est pas seulement celle des terres, du ciel, des logements et de l’eau, elle ne cherche pas simplement à s’imposer par les armes, mais travaille aussi les esprits, derrière les fronts !

C’est un film très dur qui enregistre la souffrance tant physique que psychique mais c’est aussi un film mobilisateur qui jamais ne capitule mais au contraire se nourrit de l’espoir de la libération, de la fierté d’appartenir à une Terre aimée et montre comment le « sumud », en tant que « résilience », constitue à la fois une résistance psychologique, culturelle et politique. Des femmes et des hommes aux multiples identités partagent ainsi leurs résistance et résilience. La musique accompagne les images qui elles mêmes accompagnent les femmes et les hommes dans leur intimité, leurs souffrances et leurs révoltes, sans voyeurisme, mais sans concession.

Le Dr. Samah Jabr est née à Jérusalem-Est, elle y vit et travaille dans plusieurs villes de Cisjordanie. Elle a dirigé le Centre Médico-Psychiatrique de Ramallah et aujourd’hui est à la tête de l’unité de service de santé mentale en Palestine. Son champ d’activités inclut également la formation aux professionnels de la santé mentale palestiniens et internationaux et participe, avec l’association israélienne PCATI – Comité public contre la torture en Israël – à un travail de collecte de témoignages de personnes ayant été torturées.

Parallèlement, elle écrit depuis la fin des années 90 et contribue actuellement au Washington Report on Middle East Affairs et au Middle East Monitor. Ses chroniques traduites en français, bénéficient d’une large diffusion par des sites internet journalistiques, politiques, confessionnels, académiques ou scientifiques et transcendent les clivages habituels. « On parle toujours de libérer les terres palestiniennes, mais pour moi il est important de libérer l’esprit palestinien, le peuple palestinien, l’identité palestinienne. » Dr Samah Jabr

La réalisatrice explique « Lorsque les palestinien-nes sont montrés, rendus visibles à l’écran, les images sont souvent sensationnelles : foule en deuil, femmes sous le choc de la mort de leurs proches, ou bien encore combattants armés, incarnant le « danger terroriste » et cela en occultant toute représentation de la vie quotidienne. Ils sont très rarement saisis dans une normalité qui laisserait aussi à voir le drame que l’on cherche à présenter. Ces images ne laissent pas indifférent, elles peuvent susciter un élan humanitaire ponctuel ou créer de la peur, mais elles ne permettent aucune identification possiblement féconde politiquement et peu d’intelligibilité quant à la situation. L’idée est donc de sortir du spectaculaire pour entrer dans le quotidien d’un conflit qui n’est pas fait que d’armes et de morts. Et ce, à partir de la parole de celles et ceux que l’on n’entend que trop rarement s’exprimer directement, sans intermédiaire. La nouvelle guerre sur Gaza de l’été 2014 a été un moment important : non comme rupture dans la politique, mais comme épisode aigu de l’occupation. Le film cherche donc à restituer un continuum pour ne pas laisser penser qu’en dehors de ces périodes de crise, de guerre affichée, l’occupation serait vivable, paisible. Dans ce documentaire, je poste la caméra du côté des occupé-es ».

Ce film n’est pas un film de plus sur un conflit qui suscite tant de passions, de silences et de lâchetés ; en effet, la personnalité de cette femme donne à sa parole une autorité incontestable et si ses propos sont sans concession et son message, un message d’appel à la résistance, il n’y a aucune ambigüité quant à ce qui guide ses prises de position : cet appel au respect de la dignité de son peuple est lancé sans esprit de vengeance. Elle ne ménage d’ailleurs pas ses critiques à l’égard des dirigeants palestiniens. Et plus largement, ce film est un film anti-colonialiste qui poursuit la réflexion engagée par un homme comme Frantz Fanon et son propos déborde le cadre même de la situation décrite ici.

 

Derrière les fronts

Film documentaire d’Alexandra Dols

Durée : 1h53

Vendredi distribution

 

Share This